Yahoo Search Búsqueda en la Web

  1. Cerca de 13.800 resultados de búsqueda
  1. Anuncios
    relacionados con: José Gaspar Rodríguez de Francia wikipedia
  2. Report includes: Contact Info, Address, Photos, Court Records & Reviews. See your own Reputation & Score, too - Profiles are shown over 300 million times monthly.

    • Find People

      Search Faster, Better & Smarter

      Stay Safe or Connect

    • Who Has My Info

      Protect Your Online Reputation

      See What's Exposed

    • Join Us

      Safety & Trust Matters to Us

      Over 60 Million Members

    • Reputation Score

      Search for Anyone or Yourself

      Calculate Your Reputation Score

  1. José Gaspar Rodríguez de Francia. Dibujo con modificaciones en vestuario y mobiliario del pastel que obra en el Museo Histórico Nacional [Buenos Aires] que fuera oficializado por Adolfo P. Carranza en 1868. Dictador Perpetuo de la República del Paraguay. 30 de mayo de 1816 - 20 de septiembre de 1840. Predecesor.

    • Dictador Supremo de la República del Paraguay
    • Fulgencio Yegros
  2. José Gaspar Rodríguez de Francia y Velasco (Spanish pronunciation: [xoˈse ɣasˈpaɾ roˈðɾiɣes ðe ˈfɾansia]) (6 January 1766 – 20 September 1840) was a Paraguayan lawyer and politician, and the first dictator (1814–1840) of Paraguay following its 1811 independence from the Spanish Viceroyalty of the Río de la Plata.

    • Carrière Politique
    • Indépendance
    • Conquête Du Pouvoir
    • Dictateur Suprême et Perpétuel
    • Postérité
    • Bibliographie
    • Liens Externes

    Il est né d'un père portugais du Brésil et d'une mère descendante d'espagnols dits criollos (« créole », mais non « mulâtre »). Il dut prouver n'être pas mulâtre lorsqu'il postula à une chaire au Séminaire Royal d'Asunción en 1786. Il étudie d'abord la théologie, est reçu docteur en théologie et en droit, reçoit les ordres mineurs et exerce ensuite la profession d'avocat. Il apparait dès les premiers événements liés à l'émancipation de Buenos Aires de la Couronne d'Espagne, en 1810, et aurait déclaré : « le Paraguay n'est pas le patrimoine de l'Espagne ni n'est province de Buenos Aires ; le Paraguay est indépendant »[3]. Il suit, dès cette époque, une politique de présence et de retrait au sein des Juntes de gouvernement, consolidant son emprise sur la campagne et les petites villes (« L'intérieur », par opposition à la capitale) et obtenant même de diriger la moitié de l'armée pour prétendument y maintenir l'ordre. En fait, sous la pression des villes de l'Intérieur, il parvient à...

    De 1810 à 1814, il joue un rôle essentiel dans le rejet des prétentions de Buenos Aires (expédition vaincue du général Manuel Belgrano en 1811, traité de commerce, limites et amitié du 11 octobre 1811, l'article 5 reconnaissant l'indépendance du pays, sur laquelle Buenos Aires reviendra à plusieurs reprises[4]. Le Portugal se manifesta aussi à cette époque, envoyant José de Abreu, qui fut retenu sur ordre de Fulgencio Yegros à Misiones (région historique partagée aujourd'hui entre l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay). Sur le plan chronologique, les mouvements qui aboutirent à la déclaration d'indépendance totale sont datés aujourd'hui à la nuit du 14 au 15 mai 1811, avec l'occupation du Quartier général militaire par quelques dizaines d'hommes dont des militaires prestigieux, auxquels se joignirent des prisonniers politiques qui y furent libérés. Le Gouverneur espagnol Bernardo de Velasco refusa d'intervenir par la force et demanda quelles étaient leurs prétentions, ce...

    Dès le 1er août, il se retire mais continue à tisser sa toile sur le terrain. Pressé de revenir, il réintègre la Junte le 6 septembre, ayant appris qu'une mission de Buenos Aires devait arriver le mois suivant. Effectivement Belgrano revenait, cette fois-ci pour discuter du traité qui sera signé le 11 novembre. Francia repart le lendemain pour Ybyray, est de nouveau pressé de revenir, accusé de manœuvrer pour son compte personnel et démissionne le 15 décembre. Cependant, la pression orchestrée par Francia est telle qu'on lui demande de nouveau de revenir, à ses conditions : des pouvoirs spéciaux pour lui-même, la convocation d'un Congrès Général. Il revient siéger le 16 novembre 1812. Après avoir fait écarter le membre ecclésiastique, le 4 juin 1813, Francia fait écarter l'autre membre civil de la junte sous prétexte d'avoir perdu le texte d'un article additionnel au traité du 11 novembre 1811 (entériné le 18 septembre pour d'autres « erreurs »). Le Congrès général est convoqué pour...

    Jusqu'en 1840, année de sa mort, Francia gouverne le pays en autocrate. Personnage étrange, une partie de son comportement ne s'explique qu'en le replaçant dans le Paraguay de l'époque et prenant en compte sa propre vie. Élu dictateur pour cinq ans, il l'a été par des centaines de délégués et non par une camarilla comme il était courant à l'époque dans l'Amérique hispanique. Ses victimes se recrutaient essentiellement dans la classe susceptible de participer à la direction du pays, et très proche ou influencée par Buenos Aires. La « classe politique » détruite, il lui restait encore un puissant obstacle à réduire à l'obéissance : l'Église catholique. Il y parviendra, la soupçonnant, avec quelques raisons dans les premiers temps seulement, d'être inféodée à la Couronne d'Espagne. D'où son décret (Auto) du 2 juillet 1815 qui prononçait l'extinction de « toute interférence ou de tout exercice de juridiction des prélats ou des autorités étrangères d'autres pays » (sic), et annulait par...

    Au XXIe siècle, la petite guérilla de l'Armée du peuple paraguayen (EPP) se réclame de son héritage. Elle retient de lui son combat contre l'oligarchie et la bureaucratie coloniale, l'Église catholique et la création d'un État centralisé et fort, avec une milice citoyenne pour retirer aux propriétaires terriens le commandement de l'armée[14].

    Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « José Gaspar Rodríguez de Francia » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878 (lire sur Wikisource)

    Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes :
    • Dictateur suprême et perpétuel du Paraguay
    • Second Consulat, Carlos Antonio López (chef suprême)
  3. José Gaspar Rodríguez Francia, dito Dr. (Yaguarón, 1766 - Assunção, 20 de setembro de 1840) foi um teólogo, advogado, revolucionário e político paraguaio. Ocupou vários cargos no Governo independente, sendo primeiramente Secretário da Junta, depois Cónsul, juntamente com o comandante militar Fulgencio Yegros.

    • José Gaspar Rodríguez de Francia y Velasco
    • Paraguaio
  4. José Gaspar Rodríguez de Francia y Velasco (1766–1840) was the dictator of Paraguay. He helped Paraguay become independent from Spain. Paraguay became independent from Spain in 1811. Francia y Velasco reigned from 1814 until his death in 1840. Francia y Velasco believed that Paraquay should be self-sufficient.

  5. José Gaspar Rodríguez de Francia y Velasco ( 6. tammikuuta 1766 – 20. syyskuuta 1840) oli itsenäistyneen Paraguayn pitkäaikainen johtaja. Hän hallitsi maata diktaattorina vuodesta 1814 kuolemaansa. Hänen valtakauttaan leimasi yhtäältä yksinvalta ja despotia, toisaalta taloudellinen ja yhteiskunnallinen edistys.

  6. José Gaspar Rodríguez de Francia y Velasco (n. 6 ianuarie 1766, Yaguarón, Paraguarí ⁠(d), Paraguay – d. 20 septembrie 1840, Asunción, Paraguay) a fost un politician și avocat paraguaian, precum și dictatorul Paraguayului de pe 1 octombrie 1814 până la moartea sa din 20 septembrie 1940.

  1. Anuncios
    relacionados con: José Gaspar Rodríguez de Francia wikipedia
  2. Report includes: Contact Info, Address, Photos, Court Records & Reviews. See your own Reputation & Score, too - Profiles are shown over 300 million times monthly.

  1. Búsquedas relacionadas con José Gaspar Rodríguez de Francia wikipedia

    doctor franciaparaguay population by race
    josé carlos lópez gaspardictator of paraguay
    jose gaspar