Yahoo Search Búsqueda en la Web

  1. Cerca de 40.800 resultados de búsqueda
  1. Aristide Briand ( Nantes, 28 de marzo de 1862 1 - París, 7 de marzo de 1932) fue un político francés, primer ministro durante la Tercera República Francesa, considerado uno de los precursores de la unidad europea.

  2. Independent Socialists. (1904–1911) Republican-Socialist Party. (1911–1932) Aristide Pierre Henri Briand ( French: [aʁistid pjɛʁ ɑ̃ʁi bʁijɑ̃]; 28 March 1862 – 7 March 1932) was a French statesman who served eleven terms as Prime Minister of France during the French Third Republic.

    • Personnalités
    • Enfance
    • Formation
    • Parcours
    • Origines
    • Carrière politique
    • Controverses
    • Synopsis
    • Reconnaissance
    • Décès
    • Symbolique
    • Critiques
    • Gouvernement
    • Composition
    • Hommages
    • Sources

    Aristide Briand, né le 28 mars 1862 à Nantes et mort le 7 mars 1932 à Paris, est un avocat et un homme politique français. Onze fois président du Conseil et vingt-six fois ministre sous la Troisième République, il joue un rôle essentiel dans les relations internationales après la Première Guerre mondiale.

    Aristide Pierre Henri Briand1est issu d'une famille modeste. Il naît à Nantes au 12 de la rue du Marchix, donc dans un quartier très populaire et miséreux, au domicile et lieu de travail de ses parents, Pierre-Guillaume Briand et Madeleine Bouchaud, aubergistesb. Deux ans après la naissance de leur fils, ils s'installent à Saint-Nazaire où ils gère...

    Après avoir été élève du collège de Saint-Nazaire, Aristide Briand entre comme élève boursier au lycée de Nantes (actuellement lycée Georges-Clemenceau)2. Il fait une très bonne année scolaire, avec les premiers prix de version latine et de version grecque et les deuxièmes prix d'histoire et d'anglais, et le premier prix de version grecque au conco...

    Après le baccalauréat, il entreprend des études de droit et devient clerc de notaire en revenant à Saint-Nazaire. En 1886, il sinscrit comme avocat stagiaire au barreau de cette ville portuaire, il rencontre Fernand Pelloutier, figure de lanarcho-syndicalisme et secrétaire de la Fédération des Bourses du travail. Il décide alors de sengager en poli...

    Selon Christian Morinière, président de l'association Aristide-Briand, dont l'objet est d'œuvrer à la mémoire du Nantais et de gérer son fonds d'archives personnel, Aristide Briand « s'est toujours réclamé de la Bretagne ». Il était ancré à Nantes, à Saint-Nazaire et dans le Trégor, sur l'île Milliau, au large de Trébeurden, où il séjournait souven...

    Dabord proche du syndicalisme révolutionnaire et grand défenseur de l'idée de la grève générale, il devient député socialiste de Saint-Étienne en 1902, à la suite de Benoît Oriol10. Il est alors très proche de Jean Jaurès. En 1904, il quitte son poste de secrétaire général du Parti socialiste français. Il joue un rôle important dans le processus de...

    Durant cette période, il se montre hostile au droit de grève des fonctionnaires ; en octobre 1910, alors qu'il est chef du gouvernement, il dénonce une grève dans les chemins de fer de l'Ouest, récemment nationalisés, parlant d« entreprise criminelle de violence, de désordre et de sabotage »11. Il réquisitionne les agents de la compagnie qui contin...

    À l'élection présidentielle de janvier 1920, il fait en sorte de bloquer l'élection de Clemenceau, proposant celle de Paul Deschanel. Il convainc ainsi la droite catholique du danger d'élire le vieil anticlérical, tandis que la SFIO n'apprécie guère le « premier flic de France ». Briand va jusqu'à rencontrer Mgr Cerretti, représentant officieux du ...

    C'est à son rôle international qu'Aristide Briand doit sa renommée. Personnage phare du pacifisme français de l'entre-deux-guerres, il est un partisan de la politique de paix et de collaboration internationale (accords de Locarno, 1925), président du Conseil de la Société des Nations, médiateur lors de l'incident de Pétritch16, coauteur du pacte Br...

    Il abandonne ses fonctions gouvernementales seulement deux mois avant sa mort, le 7 mars 1932 au no 52 avenue Kléber21. Ses cendres reposent, depuis le 3 juillet 1932, dans le petit cimetière de Cocherel, commune d'Houlbec-Cocherel (Eure), devant un paysage qu'il aimait tout particulièrement. L'oraison funèbre est prononcée par Édouard Herriot, pré...

    Pour les monarchistes de l'Action française, il est l'incarnation de la « démocrasouille » républicaine[réf. nécessaire] ; pour Léon Daudet, il est un « voyou de passage », une « fille publique, avec ses ruses, sa veulerie, son ignorance, sa sentimentalité banale et son souple avachissement »[réf. nécessaire].

    Sa politique de rapprochement et de réconciliation avec l'Allemagne lui est reprochée. Jacques Bainville l'accuse d'oublier le « péril germanique » qu'il dénonce. Mais l'opinion française, majoritairement pacifique, l'approuve[réf. nécessaire], pensant que cette politique de paix a des chances de réussir. Mais il semble que Briand ait lui-même des ...

    Les fonctions gouvernementales exercées par Aristide Briand sont présentées dans le tableau chronologique suivant.

    Sans tenir compte des cabinets éphémères tels que le gouvernement Alexandre Ribot (4) (9-12 juin 1914), le gouvernement Frédéric François-Marsal (8-10 juin 1924) et le gouvernement Édouard Herriot (2) (19-21 juillet 1926), dont nous ignorons la composition, le nombre de postes ministériels (en dehors de la présidence du Conseil) atteint les 26. On ...

    À Nantes, sa ville natale, son nom a été donné : À Paris, un Monument à la Paix, réalisé par Paul Landowski en 1937, est dédié à Aristide Briand, quai d'Orsay, devant le ministère des Affaires étrangères. Une avenue (D920) qui débute porte d'Orléans et se termine à la limite de Bourg-la-Reine, marque la limite des départements des Hauts-de-Seine et...

    Les papiers personnels d'Aristide Briand sont conservés aux Archives nationales sous la cote 598AP27.

    • Leben
    • Ehrungen
    • Werke
    • Literatur
    • Weblinks
    • Einzelnachweise

    Kindheit und Jugend

    Briand wurde am 28. März 1862 in der westfranzösischen Hafenstadt Nantes geboren. Seine Eltern besaßen in der Rue du Marchix im Hafenviertel ein bescheidenes kleines Café namens „Croix Verte“. Die Gäste waren hauptsächlich Matrosenund Hafenarbeiter. Als Briand zwei Jahre alt war, zog seine Familie nach Saint-Nazaire, einer Hafenstadt an der Loiremündung. Hier eröffnete sein Vater einen Wein- und Spirituosenhandel, den er jedoch bald verkaufte, um ein „Café chantant“, ein kleines Musikcafé, zu...

    Regionalpolitiker und Sozialist

    Nach seinem Abschluss kehrte Briand 1881 nach Saint-Nazaire zurück und nahm eine Stelle als Schreibkraft in einer kleinen Anwaltskanzlei an. Die trockene Aktenarbeit war ihm jedoch schnell zuwider und langweilte ihn. 1883 kündigte er daher die Stelle und ging nach Paris, um an der Sorbonne das Studium der Rechtswissenschaft aufzunehmen. Mit 22 Jahren begann er bei dem stark links orientierten Wochenblatt La Démocratie de l’Ouest in Saint-Nazaire seine journalistische Arbeit. In seinen zumeist...

    Weg ins Kultusministerium

    Anfang des 20. Jahrhunderts gestaltete sich die Aufrechterhaltung des Staatskirchenvertrags in Frankreich zunehmend schwieriger. Der überzeugt antiklerikale Ministerpräsident Émile Combes nahm 1904 einen Bruch der Konkordatsbestimmungen zum Anlass, um dem Parlament dessen Aufkündigung zu empfehlen. Die römische Inquisition, die heutige Kongregation für die Glaubenslehre, hatte zwei französische Bischöfe vorgeladen, ohne die französische Regierung zu benachrichtigen. Auf Combes’ Initiative hin...

    Am 30. März 1932 beschloss die Abgeordnetenkammer per Gesetz, dass sich Briand „ums Vaterland verdient gemacht“ hat. Dieser Satz findet sich auch auf Paul Landowskis Briand gewidmeten Monument à la Paix, das 1937 vor dem Ministerium für Europa und Äußeres am Quai d’Orsay im 7. Arrondissementvon Paris errichtet wurde. Der Briand-Fjord in der Antarkt...

    Frankreich und Deutschland. Mit einer Einleitung von Gustav Stresemann, herausgegeben von Artur Rosenberg. Dresden 1928.

    Gérard Unger: Aristide Briand, le ferme conciliateur. Éditions Fayard, 2005.
    Achille Elisha: Aristide Briand, la paix mondiale et l’union européenne.Éditions Ivoire-Clair, 2003.
    Edward D. Keeton: Briand’s Locarno Diplomacy. French Economics, Politics, and Diplomacy 1925–1929. 2. Auflage. New York 1987.
    Matthias Schulz: Aristide Briand (1862–1932), in: Europäische Geschichte Online, hrsg. vom Institut für Europäische Geschichte (Mainz), 2010 Zugriff am: 14. Juni 2012.
    Literatur von und über Aristide Briand im Katalog der Deutschen Nationalbibliothek
    Zeitungsartikel über Aristide Briand in der Pressemappe 20. Jahrhundert der ZBW – Leibniz-Informationszentrum Wirtschaft
    Anne-Cécile Renouard, Gabriel Eikenberg: Aristide Briand. Tabellarischer Lebenslauf im LeMO (DHM und HdG)
    Informationen der Nobelstiftungzur Preisverleihung 1926 an Aristide Briand (englisch)
  3. Aristide Briand - Wikipedia Aristide Briand Aristide Briand ( Nantes, 28 maart 1862 - Parijs, 7 maart 1932) was een Frans staatsman. Na zijn jeugd ging hij rechten studeren. Al snel ging hij zich met politiek bezighouden.

    • Vrede
    • Nantes
  4. Aristide Briand ( Nantes, 28 marzo 1862 – Parigi, 7 marzo 1932) è stato un politico e diplomatico francese . Promotore e patrono degli Stati Uniti d'Europa, il suo impegno per la pace lo rese uno dei personaggi politici più amati della sua epoca . Indice 1 Biografia 1.1 Le origini 1.2 La carriera politica 1.3 La lotta per la pace 2 Onorificenze

  1. Búsquedas relacionadas con Aristide Briand wikipedia

    aristide bruantbriend