Yahoo Search Búsqueda en la Web

  1. Cerca de 424.000 resultados de búsqueda

  1. Le Parti radical est un parti politique français, fondé en 1901. Officiellement intitulé Parti républicain, radical et radical-socialiste, il est également appelé Parti radical valoisien à la suite de la scission de 1972, et abrégé en PRV ou RAD voire, selon une abréviation populaire, rad-soc [1].

  2. The Radical-Socialist and Radical Republican Party was the first large political party established at a national level in France, which contrasted with previous parliamentary groups that were formed spontaneously by likeminded independent lawmakers elected through purely local electoral committees.

    • 23 June 1901; 121 years ago
    • Young Radicals
    • Resumen
    • Estructuración Del Radicalismo en El Siglo XIX
    • Creación Y Papel Hasta 1918
    • en El Periodo de Entreguerras
    • Segunda Guerra Mundial
    • Durante La Cuarta República
    • Primeros años de La Quinta República: Evolución Hacia El Centroderecha

    Es una organización que proviene de los republicanos radicales, que eran la extrema izquierda en la época de la Monarquía de Julio (periodo histórico que se desarrolló en Francia desde 1830 a 1848), y del radicalismo. Fue particularmente influyente durante la Tercera República (Francia, entre 1870 y 1940). Muy apegado a la propiedad privada y al la...

    Los radicales existen ideológicamente desde principios del siglo XIX, con grandes figuras políticas, como Alexandre Ledru-Rollin y Louis Blanc. Pero uno podría encontrar fácilmente rastros de su existencia en las fuentes mismas de la Revolución Francesa de 1789, en la Ilustración y principalmente en Voltaire y Nicolas de Condorcet. El nombre "radic...

    Entre el 21 y el 23 de junio de 1901, tuvo lugar el Congreso de Fundación del Parti Radical et Radical-Socialiste, poco antes de la adopción de las leyes de julio de 1901 sobre la libertad de asociación. Hasta entonces, de hecho, sólo existían grupos parlamentarios de diferentes tendencias políticas y comités electorales locales con concepciones aú...

    El partido radical vivió su apogeo durante el período de entreguerras, cuando tuvo un peso considerable en la vida política francesa. Así, de los cuarenta y dos gobiernos sucesivos durante este período, trece fueron presididos por radicales (cuatro gobiernos: Camille Chautemps; tres gobiernos: Édouard Daladier y Édouard Herriot; dos gobiernos: Albe...

    Con la Ocupación de Francia por la Alemania Nazi, el 10 de julio de 1940, la mayoría de los parlamentarios del Partido Radical, como la mayoría de los parlamentarios, votaron por plenos poderes constituyentes al mariscal Philippe Pétain. Otros se abstienen o no participan en la votación, en particular los que partieron a bordo del Massilia. Una min...

    En el período inmediatamente posterior a la Segunda Guerra Mundial, el Partido Radical estuvo asociado al fracaso de la Tercera República (Francia, entre 1870 y 1940) y compitió por los votos de los votantes de centro-izquierdacon con el Mouvement Républicain Populaire e con la SFIO. Nesse contexto, obtiveran al 10% de los votos en las elecciones d...

    Durante la Quinta República (Francia, desde 1958) se produjo un fuerte descenso electoral del Partido Radical (8,4% en 1958 y 7,1% en 1962 y 6,0% en las municipales de 1964), después de que su ala izquierda se opusiera fervientemente a la regreso al poder del General de Gaulle y aprobación de la Constitución Francesa de 1958.

    • Centro[cita requerida]
    • Place de Valois 75001, París
    • History
    • Ideology
    • Factions
    • Elected Officials
    • Popular Support
    • Leadership
    • See Also

    The party was formed in 1972 by a split from the Republican, Radical, and Radical-Socialist Party, once the dominant party of the French Left. It was founded by Radicals who opposed Jean-Jacques Servan-Schreiber's centrist direction and chose to join the Union of the Left and agreed to the Common Programme signed by the Socialist Party (PS) and the...

    The PRG advocates social liberalism, radicalism, secularism to its French extent known as laïcité, progressivism, European federalism, and individual freedom; it differs from the social democrats of the Socialist Party mainly by its strong attachment to private property. The party was a member of the European Liberal Democrat and Reform Partybefore...

    Under Baylet, the PRG's party line was centre-left, socially liberal and pro-European. Nevertheless, there were internal divisions in the party. Former cabinet minister and former deputy Émile Zuccarelli is a left-wing republican who strongly opposed Corsican nationalism[citation needed] and supported the no vote in the 2005 European constitutional...

    Current Deputies: Olivier Falorni (Charente-Maritime)
    Former Ministers: Annick Girardin, Jacques Mézard
    Former Deputies: Stéphane Claireaux (Saint Pierre et Miquelon),[a] Jeanine Dubié (Hautes-Pyrénées), Sylvia Pinel (Tarn-et-Garonne)
    Senators (RDSE group): Joseph Castelli (Haute-Corse), Yvon Collin (Tarn-et-Garonne), Philippe Esnol (Yvelines), François Fortassin (Hautes-Pyrénées), Françoise Laborde (Haute-Garonne), Jacques Méza...

    The PRG remained rather weak on its own electorally, averaging around 2% of the vote (2002 presidential candidate Christiane Taubira won 2.32% of the vote); which explains why the party depended on its stronger ally, the PS for support and parliamentary representation. Almost all of the party's deputies and local officials were elected with no offi...

    Party presidents: 1. Robert Fabre(1972–1978) 2. Michel Crépeau(1978–1981) 3. Roger-Gérard Schwartzenberg(1981–1983) 4. Jean-Michel Baylet(1983–1985) 5. François Doubin(1985–1988) 6. Yvon Collin(1988–1989) 7. Émile Zuccarelli(1989–1992) 8. Jean-François Hory(1992–1996) 9. Jean-Michel Baylet(1996–2016) 10. Sylvia Pinel(2016–2017) 11. Guillaume Lacroi...

    • dénomination
    • Les Sources idéologiques Du Mouvement
    • L'émergence d'un Mouvement contestataire
    • Les Radicaux et La République
    • Fondation et Structuration Du Parti
    • Notes et Références

    Étymologiquement, le terme « radicalisme » [1] est relatif à une attitude de réforme, de rupture dans le but de modifier les choses en profondeur. Il a gardé en Angleterre et en Allemagne son sens originel (moins en France du fait qu'il a été intégré à la sphère politique et qu'il a accédé au pouvoir). Le radicalismeest importé d'Angleterre (où la ...

    Les héritiers des Lumières et de la Révolution

    Pour les radicaux, « le radicalisme se présente comme l'application politique du rationalisme » (Herriot). La gauche croit au XIXe en la perfectibilité indéfinie de l'humanité, en la raison humaine, la science, le progrès, la démocratie, le suffrage universel, l'instruction gratuite et laïque qui donnerait naissance à un lien étroit entre les progrès intellectuel, matériel et social. Elle s'inspire de l'Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain de Condorcet et s'oppose à...

    Une force d'opposition sous la monarchie censitaire : des républicains aux radicaux

    Sous la Restauration le mot « radical » fait son apparition dans le vocabulaire politique français, utilisé par les Ultraroyalistes. En 1770, il est relatif aux partisans de la démocratisation du système qui le présente comme oligarchique et corrompu. Les radicaux sont pour l'extension du suffrage vers le suffrage universelqui leur paraît être la seule façon de connaître les besoins de chacun et les aspirations de tous. 1. 1819 : Utilisé dans Le Conservateur: « Radical » signifie les « songe-...

    Les démocrates socialistes et la révolution de 1848

    Avant le retour à la république en 1848, le terme « radical » se fait rare. Ledru-Rollin et ses partisans forment le groupe de la Montagne à la Constituante en 1849. Les députés d'extrême gauche sont alors qualifiés de montagnards, de démocrates socialistes (démo-socs), de rouges. La révolution de 1848 est un échec vers la transition sociale : l'idée même de démocratie est altérée par les affrontements entre la république et le prolétariat. De plus, Louis-Napoléon Bonaparteparvient avec l'aid...

    L'opposition républicaine sous l'Empire

    Pendant la 1re année du Second Empire, la république est en exil du fait de la dictature de Napoléon III (long exil pour Ledru-Rollin, Victor Hugo, Louis Blanc, Edgar Quinet). La population se rallie à l'ordre et à la prospérité que symbolise pour eux l'Empire. Cependant la contestation républicaine reste virulente et parvient à faire évoluer la situation : 1. 1857 : signe que l'idée républicaine n'est pas morte, cinq députés (dont Émile Ollivier et Jules Favre) sont élus à Paris lors des éle...

    Luttes pour l'instauration de la république

    La république débute par un échec : la défaite de 1870 contre la Prusse (perte de l'Alsace et de la Moselle). En 1871 la majorité royaliste est divisée entre royalistes et orléanistes. L'opposition craint que le pays vote en majorité pour les conservateurs, qui ont fait de la sécurité leur domaine privilégié pendant la campagne. Les élections de 1871 sont finalement favorables aux républicains : Thiersest nommé à la tête du gouvernement. 1. 1873 : Thiers est renversé par la majorité monarchiq...

    Vers la fondation du parti

    À l'image des crises traversées sous la République, pendant les années de lutte, les républicains sont plus soudés que lorsqu'ils sont au pouvoir et que le régime est stable. Alors que sous la République le mouvement n'est pas totalement uni du fait des disparités idéologiques, la situation du mouvement tend finalement à évoluer rapidement : 1. 1881 : l'extrême-gauche s'organise en groupe fermé (Floquet, Brisson, Lockroy) après la création du groupe de la Gauche radicale de Georges Clemenceau...

    Congrès de la fondation du parti radical

    Un Congrès fondateur se tient du 21 au 23 juin 1901à Paris et réunit plus de 1100 élus (dont 201 députés et 78 sénateurs), 476 comités, 155 loges, 215 journaux. Des leaders radicaux, seul Clemenceau fait défaut. Le congrès donne naissance à un parti rassemblant un groupe large : le parti républicain, radical, et radical-socialiste. « On fait appel à l'union de tous les fils de la révolution, quelles que soient leurs divergences, en face de tous les hommes de contre-révolution » pour mener « l...

    Organisation du parti

    Le parti républicain, radical et radical-socialiste n'est pas encore une organisation moderne au sens actuel du terme : il ne prévoit ni carte, ni cotisation individuelle. Ses statuts sont adoptés au congrès de Marseille en 1903. L'article 1 dispose que le parti est composé de "comités, ligues, unions, fédérations, sociétés de propagande, groupes de Libre Pensée, loges, journaux et municipalités". Les syndicats ouvriers et les bourses du travail en sont exclus. Des comités, sociétés, loges ma...

    Bibliographie

    1. Gérard Baal, Histoire du radicalisme, Paris, La Découverte, 1994. 2. Stéphane Baumont, Alexandre Dornat, (sous la dir.), Les grandes figures du radicalisme, Toulouse, Privat, 2001. 3. Serge Berstein, Histoire du parti radical, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1980. 4. Pierre Lévêque, Histoire des forces politiques en France 1789-1880, tome I, Paris, Armand Colin, 1992. 5. Pierre Lévêque, Histoire des forces politiques en France 1880-1940, tome II, Paris, Ar...