Yahoo Search Búsqueda en la Web

  1. Cerca de 43.100 resultados de búsqueda
  1. Anuncios
    relacionados con: US-ASCII wikipedia
  2. 100,000+ usuarios visitaron search.alot.com el mes pasado

    Search for 1769 Ascii information. Research & compare results on Alot.com online today. Find all the information you need for 1769 Ascii online on Alot.com. Start searching now!

  1. en.wikipedia.org › wiki › AsciiASCII - Wikipedia

    ASCII reserves the first 32 codes (numbers 0–31 decimal) for control characters: codes originally intended not to represent printable information, but rather to control devices (such as printers) that make use of ASCII, or to provide meta-information about data streams such as those stored on magnetic tape.

    • ISO-IR-006, ANSI_X3.4-1968, ANSI_X3.4-1986, ISO_646.irv:1991, ISO646-US, us, IBM367, cp367
    • ISO 646 series
    • us-ascii
    • English
    • Kodierung
    • Zusammensetzung
    • Geschichte
    • Erweiterungen
    • Kompatible Zeichenkodierungen
    • Siehe Auch
    • Ausgaben
    • Literatur
    • Weblinks
    • Einzelnachweise

    Jedem Zeichen wird ein Bitmuster aus 7 Bit zugeordnet. Da jedes Bit zwei Werte annehmen kann, gibt es 27 = 128 verschiedene Bitmuster, die auch als die ganzen Zahlen 0–127 (hexadezimal00h–7Fh) interpretiert werden können. Das für ASCII nicht benutzte achte Bit kann für Fehlerkorrekturzwecke (Paritätsbit) auf den Kommunikationsleitungen oder für andere Steuerungsaufgaben verwendet werden. Heute wird es aber fast immer zur Erweiterung von ASCII auf einen 8-Bit-Code verwendet. Diese Erweiterungen sind mit dem ursprünglichen ASCII weitgehend kompatibel, so dass alle im ASCII definierten Zeichen auch in den verschiedenen Erweiterungen durch die gleichen Bitmuster kodiert werden. Die einfachsten Erweiterungen sind Kodierungen mit sprachspezifischen Zeichen, die nicht im lateinischen Grundalphabet enthalten sind, vgl. unten.

    Die ersten 32 ASCII-Zeichencodes (von 00hex bis 1Fhex) sind für Steuerzeichen (control character) reserviert; siehe dort für die Erklärung der Abkürzungen in der rechts (oder oben) stehenden Tabelle. Diese Zeichen stellen keine Schriftzeichen dar, sondern dienen (oder dienten) zur Steuerung von solchen Geräten, die den ASCII verwenden (etwa Drucker). Steuerzeichen sind beispielsweise der Wagenrücklauf für den Zeilenumbruch oder Bell(die Glocke); ihre Definition ist historisch begründet. Code 20hex (SP) ist das Leerzeichen (engl. space oder blank), das in einem Text als Leer- und Trennzeichen zwischen Wörtern verwendet und auf der Tastatur durch die Leertasteerzeugt wird. Die Codes 21hex bis 7Ehex stehen für druckbare Zeichen, die Buchstaben, Ziffern und Interpunktionszeichen (Satzzeichen, Wortzeichen) umfassen. Die Buchstaben sind lediglich Klein- und Großbuchstaben des lateinischen Alphabets. In nicht-englischen Sprachen verwendete Buchstabenvarianten – beispielsweise die deutschen...

    Fernschreiber

    Eine frühe Form der Zeichenkodierung war der Morsecode. Er wurde mit der Einführung von Fernschreibern aus den Telegrafennetzen verdrängt und durch den Baudot-Code und Murray-Code ersetzt. Vom 5-Bit-Murray-Code zum 7-Bit-ASCII war es dann nur noch ein kleiner Schritt – auch ASCII wurde zuerst für bestimmte amerikanische Fernschreibermodelle, wie den Teletype ASR33, eingesetzt. Die erste Version, noch ohne Kleinbuchstabenund mit kleinen Abweichungen vom heutigen ASCII bei den Steuer- und Sonde...

    Computer

    In den Anfängen des Computerzeitalters entwickelte sich ASCII zum Standard-Code für Schriftzeichen. Zum Beispiel wurden viele Terminals (VT100) und Druckernur mit ASCII angesteuert. Für die Kodierung lateinischer Zeichen wird fast nur bei Großrechnern die zu ASCII inkompatible 8-Bit-Kodierung EBCDIC verwendet, die IBM parallel zu ASCII für sein System/360 entwickelte, damals ein ernsthafter Konkurrent. Die Handhabung des Alphabets ist in EBCDIC schwieriger, denn es ist dort auf zwei auseinand...

    Verwendung für andere Sprachen

    Mit dem Internationalen Alphabet 5 (IA5) wurde 1963 eine 7-Bit-Codierung auf Basis des ASCII als ISO 646 normiert. Die Referenzversion (ISO 646-IRV) entspricht dabei bis auf eine Position dem ASCII. Um Buchstaben und Sonderzeichen verschiedener Sprachen darstellen zu können (beispielsweise die deutschen Umlaute), wurden 12 Zeichenpositionen zur Umdefinition vorgesehen (#$@[\\]^`{|}~). Eine gleichzeitige Darstellung ist nicht möglich. Fehlende Anpassungen der Software an die jeweils zur Anzeige...

    Nutzung der übrigen 128 Positionen im Byte

    Zur Überwindung der Inkompatibilitäten nationaler 7-Bit-Varianten von ASCII entwickelten zunächst verschiedene Hersteller eigene ASCII-kompatible 8-Bit-Codes (d. h. solche, die auf den ersten 128 Positionen mit ASCII übereinstimmen). Der Codepage 437 genannte Code war lange Zeit der am weitesten verbreitete, er kam auf dem IBM-PC unter englischem MS-DOS, und kommt heute noch im DOS-Fenster von englischem Microsoft Windows zur Anwendung. In deren deutschen Installationen ist seit MS-DOS 3.3 di...

    Jenseits von 8 Bit

    Viele ältere Programme, die das achte Bit für eigene Zwecke verwendeten, konnten damit nicht umgehen. Sie wurden im Lauf der Zeit oft den neuen Erfordernissen angepasst. Auch 8-Bit-Codes, in denen ein Byte für ein Zeichen stand, boten zu wenig Platz, um alle Zeichen der menschlichen Schriftkultur gleichzeitig unterzubringen. Dadurch wurden mehrere verschiedene spezialisierte Erweiterungen notwendig. Daneben existieren vor allem für den ostasiatischen Raum einige ASCII-kompatible Kodierungen,...

    Formatierungszeichen gegenüber Auszeichnungssprachen

    ASCII enthält nur wenige Zeichen, die allgemeinverbindlich zur Formatierung oder Strukturierung von Text verwendet werden; diese gingen aus den Steuerbefehlen der Fernschreiber hervor. Dazu zählen insbesondere der Zeilenvorschub (Linefeed), der Wagenrücklauf (Carriage Return), das Horizontal-Tabulatorzeichen, der Seitenvorschub (Form Feed) und das Vertikal-Tabulatorzeichen. In typischen ASCII-Textdateien findet sich neben den druckbaren Zeichen meist nur noch der Wagenrücklauf oder der Zeilen...

    Die meisten Zeichenkodierungensind so entworfen, dass sie für Zeichen zwischen 0 … 127 den gleichen Code verwenden wie ASCII und den Bereich über 127 für weitere Zeichen benutzen.

    American Standards Association: American Standard Code for Information Interchange. ASA X3.4-1963. American Standards Association, New York 1963 (PDF 11 Seiten (Memento vom 26. Mai 2016 im Internet...
    American Standards Association: American Standard Code for Information Interchange. ASA X3.4-1965.American Standards Association, New York 1965 (genehmigt, aber nicht veröffentlicht)
    United States of America Standards Institute: USA Standard Code for Information Interchange. USAS X3.4-1967.United States of America Standards Institute, 1967.
    United States of America Standards Institute: USA Standard Code for Information Interchange. USAS X3.4-1968.United States of America Standards Institute, 1968.
    Jacques André: Caractères numériques: introduction. In: Cahiers GUTenberg. Band 26, Mai 1997, ISSN 1257-2217, S. 5–44, (französisch).
    Yannis Haralambous: Fonts & encodings. From Unicode to advanced typography and everything in between. Übersetzt von P. Scott Horne. O’Reilly, Beijing u. a. 2007, ISBN 978-0-596-10242-5(englisch).
    Peter Karow: Digitale Schriften. Darstellung und Formate. 2. verbesserte Auflage. Springer, Berlin u. a. 1992, ISBN 3-540-54917-X.
    Mai-Linh Thi Truong, Jürgen Siebert, Erik Spiekermann (Hrsg.): FontBook. Digital Typeface Compendium (= FontBook 4). 4. überarbeitete und erweiterte Auflage. FSI FontShop International, Berlin 2006...
    RFC 20. – ASCII format for Network Interchange. 16. Oktober 1969. (ANSI X 3.4-1968 – englisch).
    ↑ American Standards Association (Hrsg.): American Standard Code for Information Interchange. 1963 (Scans).
    ↑ Fred W. Smith: New American Standard Code for Information Interchange. In: Western Union Technical Review. April 1964, S.50–58 (worldpowersystems.com).
    ↑ United States of America Standards Institute (Hrsg.): USA Standard Code for Information Interchange USAS X3.4-1967. 1967.
    ↑ American National Standards Institute (Hrsg.): American National Standard for Information Systems – Coded Character Sets – 7-Bit American Standard Code for Information Interchange (7-Bit ASCII) A...
    • Organisation
    • Origines
    • Historique
    • Généralités
    • Principe
    • Inconvénients
    • Usage
    • Causes
    • Définition
    • Statut
    • Critiques
    • Variantes
    • Fonctionnement
    • Utilisation
    • Influence
    • Terminologie
    • Introduction
    • Évolution

    En 1960, l'ISO a créé le Technical Committee on Computers and Information Processing3. Il a été divisé en six groupes de travail :

    L'American Standards Association (ASA, aujourd'hui ANSI) était chargée du standard des États-Unis. L'ASA a reconnu le consortium Business Equipment Manufacturers Association (BEMA, puis, CBEMA) comme le parrain du travail de standardisation du traitement des données. En 1960, BEMA a formé un groupe de traitement des données des partenaires, dont Minneapolis-Honeywell. Ce groupe a formé un Plans and Policies Committee, qui à son tour a formé l'Engineering Committee. L'Engineering Committee a formé le comité X3, qui a été reconnu par l'ASA comme Sectional Committee. Parmi les membres du comité, Bob Bemer est parfois présenté comme père de l'ASCII, ce qu'il ne faut pas comprendre comme inventeur de l'ASCII, mais comme grand artisan de la diffusion d'ASCII4.

    En 1961, le DoD met au point un code standard de transmission de donnée sur 8 bits5. Ce standard 8 bits est une variante des standards FIELDATA sixbits utilisés dans la décennie précédente par la défense. Il a eu une influence notable sur la première version de l'ASCII.

    Sa dernière version stabilisée a été normalisée par l'ANSI en 1986 sous la désignation ANSI X3.4:1986 (après deux autres versions en 1967 et 1968, historiquement normalisées par l'ASI, devenu ANSI mais qui ne normalisait pas encore toutes les positions). C'est également la variante américaine des jeux de caractères codés selon la norme ISO/CEI 646 avec laquelle on la confond souvent (d'où sa désignation également comme US-ASCII pour lever l'ambigüité, désignation préférée dans le registre IANA des jeux de caractères codés). Les caractères de numéro 0 à 31 et le 127 ne sont pas affichables ; ils correspondent à des commandes de contrôle de terminal informatique. Le caractère numéro 127 est la commande pour effacer. Le caractère numéro 32 est l'espace. Le caractère 7 provoque l'émission d'un signal sonore. Les autres caractères sont les chiffres arabes, les lettres latines majuscules et minuscules sans accent, des symboles de ponctuation, des opérateurs mathématiques et quelques autres symboles.

    L'ASCII définit 128 caractères numérotés de 0 à 127 et codés en binaire de 0000000 à 1111111. Sept bits suffisent donc. Toutefois, les ordinateurs travaillant presque tous sur un multiple de huit bits (un octet) depuis les années 1970, chaque caractère d'un texte en ASCII est souvent stocké dans un octet dont le 8e bit est 0. Aujourd'hui encore, certains systèmes de messagerie électronique et de SMS fonctionnent avec des bytes ou multiplets composés de seulement sept bits (contrairement à un octet qui est un byte ou multiplet standardisé à huit bits). ASCII réserve les 32 premiers codes (nombres décimaux de 0 à 31) pour les caractères de contrôle : codes destinés non à représenter des informations imprimables, mais plutôt à contrôler des périphériques (tels que des imprimantes) qui utilisent ASCII ou à fournir des méta-informations sur les flux de données, tels que ceux stockés sur bande magnétique.

    L'absence des caractères des langues étrangères à l'anglais rend ce standard insuffisant à lui seul pour des textes étrangers (par exemple en langue française), ce qui rend nécessaire l'utilisation d'autres encodages. Les standards régionaux ont l'inconvénient de ne permettre la représentation que d'un ensemble réduit de caractères, comme les caractères d'Europe occidentale. Avec cette approche, il est nécessaire d'indiquer l'encodage à l'extérieur du flot. Les standards extensibles ont l'inconvénient d'être contextuels. Il se peut que des logiciels utilisant certains algorithmes de recherche manquent d'interopérabilité à cet égard.

    Lorsqu'il est employé seul pour la langue anglaise, il interdit l'usage des accents dans la langue anglaise (cf. wikt:en:Appendix:English words with diacritics).

    Quelques-uns des caractères graphiques ASCII ont provoqué une polysémie. Ceci est en tout ou partie lié au nombre limité de codets dans un jeu à sept bits. Ceci se retrouve notamment dans les symboles de ponctuation et l'utilisation des guillemets. L'ASCII a été conservé parce qu'il est omniprésent dans de nombreux logiciels. Cet héritage se retrouve dans Unicode où ces signes sont dans un bloc disjoint des autres symboles similaires, se trouvant pour la plupart codés à partir de U+20007.

    Le jeu de codage ASCII est défini quasiment identiquement par plusieurs standards différents, a de nombreuses variantes et a donné naissance à une foison (des dizaines ou des centaines) d'extensions plus ou moins incompatibles entre elles. Le code 20hex, le caractère espace, désigne l'espace entre les mots, tel que produit par la barre d'espace d'un clavier. Le caractère espace étant considéré comme un graphique invisible (plutôt que comme caractère de contrôle16:223,17), il est répertorié dans le tableau ci-dessous et non dans la section précédente.

    Les standards internationaux suivants sont généralement considérés compatibles (quasi identiques) avec le standard ASCII en vigueur de 1986 à 2011, tout en constituant une normalisation internationale officielle :

    En juin 1992, le RFC10 et la chambre d'enregistrement de jeux de caractères Internet Assigned Numbers Authority11 ont reconnu les alias suivants, insensibles à la casse, convenables pour l'utilisation dans des protocoles Internet :

    ASCII a donné naissance à certaines variantes qui conservent la plupart des caractères, mais en remplacent une partie. Dès lors, il ne s'agit plus d'ASCII à strictement parler. Outre ISO/CEI 646, on trouve d'autres variantes dans l'histoire de l'informatique. Par exemple, le circonflexe (#94) est remplacé par la flèche vers le haut et le soulignement (#95) est remplacé par la flèche vers la gauche, dans l'ensemble de caractères intégré des puces Motorola 6847 (VDG) et du GIME, qui équipaient les adapteurs vidéo du TRS-80 Color Computer et d'autres anciens ordinateurs des années 1980. Mais plusieurs années plus tôt, les ordinateurs Xerox équipés du langage de programmation Smalltalk incluaient les mêmes deux caractères (en mode graphique). On peut aussi présenter la table des caractères ASCII sous cette forme plus condensée qui met en évidence une organisation fondée sur la base 16.

    Aussi, certains anciens ordinateurs n'étaient équipés que du deux-tiers d'ASCII, c'est-à-dire les caractères 32 à 95 plutôt que 32 à 126. C'est alors à proprement parler une variante à 6 bits. Sur l'Ordinateur Couleur, on mettait dans les fichiers les codes 32 à 127, mais ceux de 96 à 127 étaient des versions en couleurs inversées (vert sur noir plutôt que noir sur vert). Ces blocs de 32 caractères étaient échangés au moment d'envoyer au VDG, pour lequel les codes ASCII 32 à 63 étaient numérotés 96 à 127, tandis que les 0 à 63 étaient en couleurs inversées (en soustrayant 64). En outre, les codes 128 à 255 encodaient des formes de blocs en couleurs. Le GIME était capable de fonctionner soit comme le VDG, soit en mode ASCII, avec circonflexe #94, soulignement #95. Il avait aussi en option sa propre extension 8-bit pour les lettres accentuées minuscules et majuscules, compatible avec probablement aucun autre ordinateur (en plus d'être impossibles à insérer autrement que par n° dans le code source BASIC).

    Certaines extensions 7-bit ont un caractère #127, comme les premiers Apple, qui y avaient un quadrillé, et les cartes vidéo PC (Page de code 437) qui y avaient une sorte de pentagone, en plus de remplir les cases 0 à 31 de flèches, cercles et signes divers. Naturellement, on ne pouvait pas utiliser ces codes dans les contextes où ils avaient une signification de contrôle ; et inversement, lorsque des codes de contrôle n'étaient pas interprétés comme tels, comme quand le #27 est censé signifier commencer une séquence VT100 (ANSI.SYS) mais apparaît comme une flèche vers la gauche (par exemple, [1] [archive]). De nombreuses normes de codage de caractères ont repris les codes ASCII et ajouté dautres caractères pour les codes supérieurs à 127. Null : nul. Il est à l'origine une NOP, c'est-à-dire un caractère à ignorer. Lui donner le code 0 permettait de prévoir des réserves sur les bandes perforées en laissant des zones sans perforation pour insérer de nouveaux caractères a posteriori. Avec le développement du langage C, il a pris une importance particulière quand il a été utilisé comme indicateur de fin de chaîne de caractères. Start of Heading : début d'en-tête. Il est aujourd'hui souvent utilisé dans les communications séries pour permettre la synchronisation après erreur15. Delete : effacement. Lui donner le code 127 (1111111 en binaire) permettait de supprimer a posteriori un caractère sur les bandes perforées qui codaient les informations sur 7 bits. N'importe quel caractère pouvait être transformé en DEL en complétant la perforation des 7 bits qui le composaient. Substitute : remplacement. Il est souvent associé à la combinaison de touches Ctrl + z et est utilisé dans les communications séries pour permettre l'envoi des données en lieu et place de la touche entrée.

    Parmi les nombreuses extensions 8 bits de l'ASCII, le Multinational Character Set créé par Digital Equipment Corporation pour le terminal informatique VT220 est considéré comme à la fois l'ancêtre de l'ISO/CEI 8859-1 et de l'Unicode12. L'ASCII a eu une influence importante dans le monde informatique. En particulier, il a longtemps limité les caractères disponibles aux caractères latins non accentués, notamment dans le monde de l'Internet, que ce soit pour les noms de domaine, les adresses de courrier électronique, les caractères disponibles dans le BIOS, ou les caractères dans lesquels peuvent être écrits des programmes informatiques.

    Par abus de langage, on appelle souvent « ASCII » des normes qui étendent l'ASCII, mais qui ne sont pas compatibles entre elles (et parfois même ne sont pas compatibles sur leurs 128 premiers caractères codés). En particulier, les standards Windows-1252 (couramment utilisé sur Microsoft Windows dans les pays occidentaux), ISO/CEI 8859-1 (couramment utilisé sur Internet et Unix) et les pages de code pour PC numéro 437 et 850 (couramment utilisées sur DOS) ne sont pas la norme ASCII. Cet abus de langage ne va pas sans causer des confusions causant des incompatibilités, souvent rendues visibles par le fait que les caractères non ASCII comme les « lettres accentuées » (éÈç) s'affichent mal. On écrit parfois « ASCII de base » pour différencier l'ASCII d'un standard plus étendu.

    Afin d'unifier les différents codages de caractères complétant l'ASCII et y intégrer les codages complètement différents (le JIS pour le japonais par exemple, qui bien que développé aussi sur la base de l'US-ASCII, en diffère dans l'assignation d'un des 128 premiers codets), la norme ISO/CEI 10646 a été inventée (et aussi développée au départ séparément par le Consortium Unicode dans une version de sa norme Unicode 1.0 initialement incompatible avec ISO/CEI 10646). Voir notamment ISO/CEI 2022.

    La version 1.0 a été abandonnée depuis la version 1.1 afin d'unifier et fusionner les deux répertoires dans un jeu universel de caractères codés. ISO/CEI 10646 codifie des dizaines de milliers de caractères, mais les 128 premiers restent compatibles avec ASCII (dans sa dernière version X3.4-1986) ; la norme Unicode y ajoute des sémantiques supplémentaires.

    • Norme établie
    • Anglais
    • ISO/CEI 646
    • 128
  2. en.wikipedia.org › wiki › UTF-8UTF-8 - Wikipedia

    UTF-8 is a variable-width character encoding used for electronic communication. Defined by the Unicode Standard, the name is derived from Unicode (or Universal Coded Character Set) Transformation Format – 8-bit. UTF-8 is capable of encoding all 1,112,064 valid character code points in Unicode using one to four one- byte (8-bit) code units.

  3. Extended ASCII character encodings are eight-bit or larger encodings that include the standard seven-bit ASCII characters, plus additional characters. Using the term "extended ASCII" on its own is sometimes criticized, because it can be mistakenly interpreted to mean that the ASCII standard has been updated to include more than 128 characters or that the term unambiguously identifies a single encoding, neither of which is the case. There are many extended ASCII encodings. EBCDIC ...

    • 控制字符
    • 缺點
    • 参见

    說明: 1. Unicode表示法:當想在畫面或紙上表示這些控制字元時,就會顯示成這個樣子。過於老舊的系統或瀏覽器可能會看不到。使用微軟任一中文輸入法,輸入`U2400即可看到␀,輸入`U2401可看到␁,依此類推。 2. 脫出字元表示法:通常用於終端機連線(例如Telnet通訊協定),以脫出字元^開頭,再接一個符號,用來讓這些控制字元得以在畫面上顯現。雖然看起來是兩個字元,但在終端機上實際只有一個字元。在絕大部分的終端機系統中,包括Windows的命令提示字元(cmd.exe)、Linux和FreeBSD,都可用Ctrl代表脫出字元,輸入想要的ASCII控制字元。例如想輸入空字符,就要輸入Ctrl+2,而非^@,後者會顯示成兩字元,前者只會顯示成一字元。

    ASCII的局限在於只能顯示26個基本拉丁字母、阿拉伯數字和英式標點符號,因此只能用於顯示現代美國英語(且處理naïve、café、élite等外來語時,必須去除附加符號)。雖然EASCII解決了部分西歐語言的顯示問題,但對更多其他語言依然無能為力。因此,現在的软件系统大多采用Unicode,特别是与ASCII向下兼容的UTF-8。

    • Historia
    • Descripción
    • Derivaciones de Utf-8
    • Ventajas Y Desventajas
    • Véase también
    • Enlaces Externos

    UTF-8 fue ideado por Kenneth L. Thompson bajo los criterios de diseño de Robert C. Pike el 2 de septiembre de 1992. Ambos lo implementaron e implantaron en su sistema operativo Plan 9 from Bell Labs. Posteriormente fue oficialmente presentado en la conferencia USENIX en San Diego en enero de 1993. Fue promovido a estándar con el patrocinio de X/Open Joint Internationalization Group (XOJIG) y durante el proceso recibió diferentes nombres como FSS/UTF y UTF-2.[1]​

    UTF-8 divide los caracteres Unicode en varios grupos, en función del número de bytes necesarios para codificarlos. El número de bytes depende exclusivamente del código de carácter asignado por Unicode y del número de bytes necesario para representarlo. La distribución de caracteres es la siguiente: 1. Caracteres codificados con un byte: Los incluidos en US-ASCII, un total de 128 caracteres. 2. Caracteres codificados con dos bytes: Un total de 1920 caracteres. Este grupo incluye los caracteres romances más signos diacríticos, y los alfabetos griego, cirílico, copto, armenio, hebreo, árabe, siríaco y Thaanaentre otros. 3. Caracteres codificados con tres bytes: Caracteres del plano básico multilingüe de Unicode, que unido al grupo anterior, incluye la práctica totalidad de caracteres de uso común, entre ellos los caracteres del grupo CJK: Chino, japonés y coreano. 4. Caracteres codificados con cuatro bytes: Caracteres del plano suplementario multilingüe. Símbolos matemáticos y alfabeto...

    Las siguientes normas de codificación presentan diferencias con la especificación UTF-8 y son, por lo tanto, incompatibles con ella.

    Ventajas

    1. UTF-8 permite codificar cualquier carácter Unicode.[1]​ 2. Es compatible con US-ASCII, la codificación del repertorio de 7 bits es directa. 3. Fácil identificación. Es posible identificar claramente una muestra de datos como UTF-8 mediante un sencillo algoritmo. La probabilidad de una identificación correcta aumenta con el tamaño de la muestra.[1]​ 4. UTF-8 ahorrará espacio de almacenamiento para textos en caracteres latinos, donde los caracteres incluidos en US-ASCII son comunes, cuando s...

    Desventajas

    1. UTF-8 utiliza símbolos de longitud variable; eso significa que diferentes caracteres pueden codificarse con distinto número de bytes. Es necesario recorrer la cadena desde el inicio para encontrar el carácter que ocupa una determinada posición. 2. Los caracteres ideográficos usan 3 bytes en UTF-8, pero solo 2 en UTF-16. Así, los textos chinos, japoneses o coreanos ocupan más espacio cuando se representan en UTF-8.[8]​ 3. UTF-8 ofrece peor rendimiento que UTF-16 y UTF-32 en cuanto a coste d...

    • UTF-1
    • plurilingüe
  1. Anuncios
    relacionados con: US-ASCII wikipedia