Yahoo Search Búsqueda en la Web

  1. Cerca de 781.000.000 resultados de búsqueda

  1. Anne Jean Marie René Savary, primer duque de Rovigo ( Marcq, Ardenas, 26 de abril de 1774 - París, 2 de junio de 1833), fue un general y diplomático francés. Índice 1 Biografía 2 Actividad militar 3 Intrigas en Rusia y España 4 Intrigas en Francia 5 Fidelidad bonapartista 6 Últimos días. Biografía

  2. Anne Jean Marie René Savary, 1st Duke of Rovigo (26 April 1774 – 2 June 1833) was a French military officer and diplomat who served in the French Revolutionary Wars, the Napoleonic Wars and the French invasion of Algeria. He was Minister of Police between 1810 and 1814. Contents 1 Early life and career 2 Napoleonic Wars

    • France
    • 26 April 1774, Marcq
  3. 29/05/2022 · Anne-Jean-Marie-René Savary, duc de Rovigo, (born April 26, 1774, Marcq, France—died June 2, 1833, Paris), French general, administrator, and trusted servant of Napoleon I. Savary joined the army in 1790 and fought in the Rhine campaigns.

    • Enfance et Engagement Dans L'armée
    • Les Guerres de La Révolution
    • L'homme de Confiance de Napoléon
    • Dans Le Brasier Espagnol
    • Ministre de La Police
    • La Chute de L'empire et Les débuts de La Restauration
    • Le Retour en Grâce

    Né au château Dérué à Marcq, village de l'Argonne situé entre Vouziers et Varennes, Anne Jean Marie René Savary est le troisième fils de Ponce Savary, un officier roturier ayant réussi, grâce à ses états de service, à devenir chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis et nommé en fin de carrière major de la place de Sedan[1]. La famille...

    Bénéficiant de l'émigration de nombre d'officiers, Savary est promu sous-lieutenant en septembre 1791. En 1792 il sert dans l'armée du général Custine qui affronte le duc de Brunswick. À la suite de cette campagne il devient capitaine ; il est nommé officier d'ordonnance du général Pichegru, puis du général Moreau au cours des campagnes du Rhin. En...

    Premières opérations de police

    Très vite, l'aide de camp du Premier Consuldevient son homme de confiance. Savary, qui l'accompagne dans tous ses déplacements, se voit chargé de missions délicates. En septembre 1800 il reçoit l'ordre de diriger une enquête sur l'enlèvement du sénateur Clément de Ris, enlèvement en fait organisé par le ministre de la Police Joseph Fouché[15],[Note 2]. La même année il part pour la Vendée débusquer les complices du chouan Cadoudal. En septembre 1801, avec le grade de colonel, il devient comma...

    Le complot de Cadoudal

    Le 29 août 1803, Savary est promu au grade de général de brigade. En octobre 1803 son service révèle l'existence d'un projet d'enlèvement du Premier Consul, organisé par Cadoudal[21]. Savary s'introduit avec beaucoup d'habileté dans le lieu de réunion des comploteurs, Biville, en Normandie[21]. Ses rapports permettent au gouvernement de prendre conscience de l'importance de cette conspiration[21]. Le complot implique aussi le général Pichegru et le général Moreau. Pichegru est arrêté et se su...

    L’exécution du duc d'Enghien

    Le 10 mars 1804 Bonaparte décide de faire arrêter le duc d'Enghien, prince du sang de la Maison de Condé, alors émigrésen Allemagne, suspecté d'avoir participé au complot de Cadoudal. Les hypothèses divergent sur les motifs du Premier Consul : on ne sait pas avec certitude s'il s'agit de soupçons réels[23], frappe destinée à faire peur aux royalistes[21] ou de la simple volonté de se redonner une filiation révolutionnaire, peu avant son propre couronnement impérial[21]. En tout cas, dans la n...

    Décadence du royaume des Bourbons

    Le royaume d'Espagne est alors secoué par une grave crise politique. Le pouvoir est partagé entre le roi Charles IV, le premier ministre Manuel Godoy et l'héritier de la couronne, Ferdinand, prince des Asturies. Dans les faits, le roi ne gouverne plus ; sous l'influence de Napoléon, il a accepté de laisser la Grande Armée franchir les Pyrénées pour prendre possession du Portugal et c'est le premier ministre qui dirige les affaires internes[32]. Le 17 mars 1808 le prince des Asturies lance con...

    Le piège de Bayonne

    Lors de cette entrevue Savary expose les craintes de l'Empereur face à la situation en Espagne et son souhait de voir les choses reprendre rapidement un cours plus normal. Il parvient à convaincre le prince des Asturies de rencontrer Napoléon pour plaider sa cause, et le rassurer sur son désir de maintenir des relations cordiales avec la France[34]. Il le presse aussi de quitter Madrid en arguant que Charles IV cherche de son côté le soutien de l'Empereur. Savary l'informe enfin que l'Empereu...

    Commandant des troupes françaises à Madrid

    La révolte commencée le 2 mai se prolonge tout au long du mois de mai. Napoléon charge Murat de coordonner la répression, mais celui-ci tombe malade et se révèle incapable de diriger les armées françaises sur place. L'Empereur ordonne alors à Savary de remplacer le grand-duc de Berg le temps de son rétablissement. Il se rend à Madrid et accepte ce commandement inattendu qui place le général qu'il est au-dessus des maréchaux Bessières et Moncey ; il doit de plus faire contresigner ses ordres p...

    À la place de Joseph Fouché

    Spéculant sur des rumeurs prétendant que l'Empereur est mort en Espagne, les ministres de la Police et des Affaires étrangères, Joseph Fouché et Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, intriguent en effet afin de placer un autre membre de la famille impériale sur le trône, comptant bien exercer en sous-main le pouvoir à eux deux. Le nouveau roi de Naples, le maréchal Murat, beau-frère de l'Empereur, poussé par sa femme Caroline, se laisse tenter sans pour autant donner de marques ostensibles...

    Fichage et censure

    Le travail du ministre ne se limite toutefois pas à l'organisation de réceptions et à l'annonce de mesures de clémence. D'autres décisions bien plus impopulaires sont mises en application. Par un décret d'octobre 1810, Savary oblige tous les domestiques de Paris à se faire recenser au ministère de la Police[43],[44]. La même année, il demande aux préfets de ficher tous les notables influents de leur ressort, en précisant leurs opinions politiques, leur fortune, leurs relations et leur situati...

    L'humiliation Malet

    La Police impériale se trouve ridiculisée lors du coup d'État du général Malet. Ce général, interné pour conspiration[48], s'évade de son lieu de détention le 23 octobre 1812 vers trois heures du matin. Il se rend à la caserne la plus proche avec un faux sénatus-consulte annonçant à la fois la mort de Napoléon en Russie et la proclamation de la République. Aidé de quelques soldats, il se rend à la prison de la Force et ordonne la libération de deux autres généraux captifs : Lahorie et Guidal....

    La campagne de France

    Après cet épisode, Savary perd beaucoup de sa crédibilité, tant auprès de l'Empereur qu'auprès de la population. Néanmoins Napoléon n'a plus guère la possibilité de se soucier des affaires intérieures : après la retraite de Russie et la défaite de Leipzig (octobre 1813), la sixième coalition semble en passe de défaire la Grande Armée. Soucieux de maintenir la cohésion nationale, l'Empereur pousse son ministre de la Police à veiller à une meilleure application de la conscription, à étendre la...

    La Première Restauration et les Cent-Jours

    Savary ne cherche pas à rejoindre l'Empereur après l’abdication. Il se retire à la campagne et ne se rend à Paris qu'à de rares occasions dont le baptême, le 11 octobre 1814, de son sixième enfant, Anne-Charlotte[54]. Il est surveillé par la police de la Restauration : des rapports de police prétendent qu'il complote. Mais il reste en retrait, sans actions secrètes ni compromissions avec le nouveau pouvoir[Note 5]. Le 20 mars 1815 Napoléon est de retour à Paris. Savary s'empresse de rejoindre...

    Prisonnier, puis exilé

    Un peu plus tard, les deux généraux apprennent qu'ils ont été placés par Fouché, toujours en poste, sur la liste de proscription du 24 juillet 1815, article 1 (arrestation et comparution en conseil de guerre). Ils ne sont cependant pas rapatriés avec le risque d'être condamnés à mort comme ils le craignent[57], mais conduits à Maltecomme prisonniers de guerre. Les Britanniques ne souhaitent cependant pas garder les deux officiers prisonniers à vie. Le gouvernement fait donc savoir à Savary et...

    La révolution de Juillet

    C'est là qu'il apprend la chute de Charles X et l'avènement de la monarchie de Juillet le 31 juillet 1830. Le duc s'empresse de regagner la France faire allégeance au nouveau roi, Louis-Philippe Ier[61]. Grâce au soutien du ministre des Affaires étrangères, Horace Sébastiani, grand ami de la duchesse de Rovigo[Note 7], et à l'approbation du roi des Français, Savary est de nouveau autorisé à paraître à la Cour.

    L'Algérie

    Le 6 décembre 1831 il retrouve un poste, devient commandant en chef des troupes françaises en Algérie. Dès la fin du mois, il s'embarque pour l'Algérie. Ses ordres sont de conquérir le littoral et de contrôler l'intérieur des terres par l'intermédiaire des tribus locales. À ce moment, l'armée française ne tient qu'Alger, Oran et Mers el-Kébir. Dans un premier temps, l'autorité sur les administrations non militaires est détenue par l'intendant Pichon, avec qui Savary doit donc partager le pouv...

    La mort

    Tombé malade au début de l'année 1833, Savary est rappelé en France[Note 8] le 3 mars 1833. Il meurt à Paris le 2 juin, vraisemblablement d'une forme de cancer du larynx[66]. En juillet, le rapport d'une commission d'enquête parlementaire condamne nettement sa politique en Algérie[67]. Le nom du duc est gravé sur l’arc de triomphe de l'Étoile, côté Est. Sa tombe se trouve au cimetière du Père-Lachaise, 35e division[68]. Ses papiers personnels sont conservés aux Archives nationales sous la cot...

    • Biography
    • References
    • External Links

    He was educated at the college of St Louis at Metz and entered the royal army in 1790. His first campaign was that waged by General Custine against the retreating forces of the duke of Brunswick in 1792. He next served in succession under Pichegru and Moreau, and distinguished himself during the skilful retreat of the latter from an untenable posit...

    This article incorporates text from a publication now in the public domain: Chisholm, Hugh, ed. Encyclopædia BritannicaCambridge University Press
    Mémoires du duc de Rovigo(4 vols., London, 1828; English edition also in 4 vols., London, 1828); a French edition annotated by D Lacroix (5 vols., Paris, 1900)
    Extrait des memoires de M. le duc de Rovigo concernant le catastrophe de M. le duc d'Enghien(London, 1823)

    Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l'histoire de l'empereur Napoléon at Project Gutenberg (French)

  4. Anne Jean Marie René Savary, 1ste hertog van Rovigo ( 26 april 1774 – 2 juni 1833) was een Franse generaal, diplomaat en minister van Politie tijdens de Franse Revolutie en de napoleontische oorlogen . Inhoud 1 Biografie 1.1 Kindertijd en militaire dienst 1.2 De Revolutionaire periode

  5. Anne-Jean-Marie-René Savary (1774-1833) General Anne-Jean-Marie-René Savary Aide-de-camp to General Desaix and then Napoleon who later became Minister of Police By Nathan D. Jensen Born: April 26, 1774 Place of Birth: Marcq-et-Chevrières, Ardennes, France Died: June 2, 1833 Place of Death: Paris, France Arc de Triomphe: SAVARY on the east pillar

  1. Búsquedas relacionadas con Anne Jean Marie René Savary

    savary duc de rovigoduc de rovigo