Yahoo Search Búsqueda en la Web

  1. Cerca de 124.000 resultados de búsqueda

  1. Claudine Alexandrine Guérin de Tencin, baronesa de Saint-Martin-de-Ré (Grenoble, 27 de abril de 1682 – París, 4 de diciembre de 1749) fue una escritora y "salonista" literaria francesa, madre del enciclopedista y matemático Jean le Rond d'Alembert, que abandonó a las puertas de la iglesia de Saint-Jean-le-Rond en París a los pocos días de haber nacido.

  2. Claudine Alexandrine Guérin de Tencin, Baroness of Saint-Martin-de-Ré /ɡəˈræn də ˌtɒnˈsæn/ was a French salonist and author. She was the mother of Jean le Rond d'Alembert, who later became a prominent mathematician, philosophe and contributor to the Encyclopédie, though she left him on the steps of the Saint-Jean-le-Rond de Paris church a few days after his birth in November 1717.

    • 4 December 1749 (aged 67)
    • Writer
    • Biographie
    • Madame de Tencin Femme de Lettres
    • Une Morale Du Cœur et de L’Instinct
    • Madame de Tencin Épistolière
    • La Ménagerie
    • Œuvres
    • Adaptation Scénique
    • Adaptation Romanesque
    • Annexes

    La vie publique de Claudine-Alexandrine Guérin de Tencin, baronne de Saint-Martin de l’Isle de Ré, est bien connue par les six biographies importantes qui lui ont été consacrées. Alexandrine est née à Grenoble dans une famille de petite robe[note 1] : son père, Antoine Guérin (1641-1705), seigneur de Tencin[note 2], est tour à tour conseiller au Pa...

    La fortune littéraire des œuvres

    Après le coup de semonce de Fleury en 1730, Mme de Tencin jugea préférable de se consacrer désormais – quoique non exclusivement – à la tâche de présidente de sa « ménagerie » dont la réputation allait devenir européenne. C’est là, qu’entourée des plus grands écrivains de l’époque, elle rédigea ses premières œuvres. Reconversion ? Désir de faire oublier des scandales qu’elle eût préférés moins notoires, de rendre hommage à l’homme qu’elle aimait ? Ou, ainsi que le pense P.-M. Masson, pour « f...

    Une attribution quelque temps contestée

    La fortune littéraire de Mmede Tencin ne coïncide pas avec celle de ses œuvres. En effet, si la critique de nos jours attribue unanimement à la divine la maternité des quatre ouvrages précités, son œuvre lui fut longtemps disputée. À l’instar la plupart des femmes de lettres de son époque, Alexandrine publia ses ouvrages sous le couvert de l’anonymat. Le nom de Mme de Tencin ne tarda pas cependant à circuler sous le manteau, comme le prouve une lettre de l’abbé Raynal (1749) à un correspondan...

    Les Malheurs de l'amour

    Après huit ans de silence littéraire, Mme de Tencin, devenue impotente et ne quittant plus guère son appartement, se décida à sortir quelque peu de sa réserve pour publier anonymement son troisième roman : Les Malheurs de l'amour (1747). L’édition originale de ce roman-mémoiressentimental consiste en deux volumes in-12 de 247 et 319 pages où l’histoire enchâssée d’Eugénie – la confidente de l’héroïne Pauline – occupe les 180 pages du deuxième volume. Elle fut publiée sans privilège à Paris, m...

    — Mme de Tencin à Mmede Graffigny L’être humain, pour citer Paul van Tieghem, ne vit donc « pour faire son salut, ni pour agir, ni pour connaître ou créer ; son idéal n’est ni d’être saint, ni l’homme d’action, ni le savant ou l’inventeur. Il vit pour sentir, pour aimer. » La morale naturelle que Mme de Tencin nous propose est en ce sens assez proc...

    De l’abondante correspondance de Mme de Tencin, il ne reste que peu de choses accessibles en édition. Huitante lettres dans une vieille compilation lacunaire de Soulavie[note 13], écrites entre novembre 1742 et juillet 1744, deux petits recueils de Stuart Johnston et de Joël Pittet, de nombreuses lettres inédites citées ici et là, notamment chez P....

    Quelques grands noms des Lettres, des Arts et des Sciences fréquentèrent durablement ou occasionnellement le salon de Madame de Tencin et formèrent sa Ménagerie. Voici quelques-unes de ses « Bêtes » : l’abbé Prévost, Marivaux, l’abbé de Saint-Pierre, l’académicien de Mairan, Louis La Vergne, comte de Tressan, le docteur et amant Jean Astruc, le poè...

    Mémoires / du Comte / de Comminge. / A La Haye (Paris), / chez J. Néaulme, Libraire. / 1735, 1 vol. in-12, 184 p.L’édition originale contient cet Avis au lecteurqui n’a plus été reproduit : « Ce ma...
    Le Siège / de / Calais, / Nouvelle Historique. / A La Haye (Paris), / chez Jean Néaulme. / 1739, 2 vol. in-12 de 271 et 282 p.L’édition originale s’ouvre par une Epître Dédicatoire : « C’est à vous...
    Les / Malheurs / de / l’amour. / - Insano nemo in amore sapit, Propert. / A Amsterdam (Paris / Ambroise Tardieu). / 1747, 2 vol. in-12 de 247 et 319 p.L’édition originale s’ouvre par une Epitre Déd...
    Anecdotes / de la cour / et du règne / d’Édouard II, / Roi d’Angleterre. / Par Mde L.M.D.T., & Mde E.D.B., / À Paris, / chez Pissot, libraire, quai des / Augustins. / 1776. / Avec Approbation et Pr...

    Au XIXesiècle, l'histoire de sa vie servit de canevas pour une pièce de théâtre : 1. Fournier et de Mirecourt, Mme de Tencin, drame en quatre actes, J.-A. Lelong, Bruxelles, 1846 [archive].

    Joël Pittet, Les Aquatiques, nouvelles, Edilivre, Saint-Denis, 2016. (La première nouvelle "La mule de velours vert à talon rouge" met en scène Mme de Tencin et son salon.)

    Bibliographie

    Livres 1. Jean-Rodolphe Sinner de Ballaigues, Les Malheurs de l’amour, drame, Berne, chez B.L. Walthard, 1775. 2. Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l’Europe. Pour les mois de janvier, février et mars 1730, t. quatrième, 1re partie, Amsterdam, « Chez les Wetsteins et Smith, 1730, article VI », p.377–391 3. Félicité de Biron, The Adventures and Amours of the Marquis de Noailles and Mademoiselle Tencin, translated from a French manuscript, Londres, J. Robinson, 1746 [National Lib...

    Iconographie

    1. Portrait de femme dit aussi Portrait de madame de Tencin, huile sur toile, attribué à Jean Gueynier. Coll. musée de Grenoble (inv.MG 348). Cette œuvre a figuré dans la galerie des portraits dauphinois du musée Stendhal à Grenoble (http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr[archive]). Victor Cassien en a tiré une lithographie pour l’Album du Dauphiné(1836). 2. Un portrait présumé à l’huile de Mme de Tencin âgée, assise, un éventail à la main, d’après Joseph Aved (de Victorine-Angé...

    Liens externes

    1. Expérience sociale et imagination romanesque dans les romans de Mme de Tencin[archive]sur www.persee.fr 1. Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : 1.1. Brockhaus Enzyklopädie[archive] 1.2. Collective Biographies of Women[archive] 1.3. Deutsche Biographie[archive] 1.4. Dictionnaire des femmes de l'ancienne France[archive] 1.5. Dictionnaire universel des créatrices[archive] 1.6. Encyclopædia Britannica[archive] 1.7. Gran Enciclopèdia Catalana[archive] 2. Notices d'auto...

  3. Claudine Guérin de Tencin (Claudine Alexandrine Guérin de Tencin, también llamada Madame de Tencin; Grenoble, 1682 - París, 1749) Escritora francesa. Obligada por su familia a entrar en religión, no esperó a ser dispensada de sus votos (1712) para instalarse en París junto a su hermana, Madame de Ferriol, y frecuentar a escritores y poetas como Bernard Le Bovier de Fontenelle, Matthew Prior y lord Bolingbroke.

  4. 13 de ene. de 2023 · Claudine Alexandrine Guérin de Tencin, baronesa de Saint-Martin-de-Ré (Grenoble, 27 de abril de 1682 – París, 4 de diciembre de 1749) fue una escritora y "salonista" literaria francesa, madre del enciclopedista y matemático Jean le Rond d'Alembert, que abandonó a las puertas de la iglesia de Saint-Jean-le-Rond en París a los pocos días de haber nacido.

  5. 30 de nov. de 2022 · Claudine-Alexandrine Guérin de Tencin, (born April 27, 1682, Grenoble, Fr.—died Dec. 4, 1749, Paris), French author and literary patroness whose associations with celebrated writers and political personalities ensured her position as one of the prominent social figures of the 18th century. Tencin became a nun early in life but soon abandoned her ...

  6. Claudine Alexandrine Guérin de Tencin, baronesa de Saint-Martin-de-Ré ( Grenoble, 27 d'abril de 1682 – París, 4 d'avientu de 1749) foi una escritora y "salonista" lliteraria francesa, madre del enciclopedista y matemáticu Jean Le Rond d'Alembert, qu'abandonó a les puertes de la ilesia de Saint-Jean--y-Rond en París a los pocos díes de nacer.