Yahoo Search Búsqueda en la Web

  1. Cerca de 123.000 resultados de búsqueda
  1. Anuncios
    relacionados con: François-René de Chateaubriand
  2. Ve los libros recomendados de tu género preferido. Envío gratis a partir de $599

  3. 100,000+ usuarios visitaron mylife.com el mes pasado

    Reputation Profiles include free contact info & photos + criminal & court records. See your own Reputation & Score, too - Profiles are shown over 300 million times monthly.

  4. 100,000+ usuarios visitaron peoplelooker.com el mes pasado

    Explore People's Public Records, Phone, Address, Social Media & More. Look Up Any Name. Explore Someone's 1. Phone Number 2. Address 3. Email & More. Lookup Any Name - Try Today!

  5. 1 millón+ usuarios visitaron ebay.com el mes pasado

    Over 80% New & Buy It Now; This Is The New eBay. Find Great Deals Now! But Did You Check eBay? Check Out Rene' On eBay.

  1. François-René de Chateaubriand. François-René, vizconde de Chateaubriand ( Saint-Malo, Bretaña; 4 de septiembre de 1768 - París, 4 de julio de 1848) fue un diplomático, político y escritor francés considerado el fundador del romanticismo en la literatura francesa .

  2. François-René, vicomte de Chateaubriand (4 September 1768 – 4 July 1848) was a French writer, politician, diplomat and historian who had a notable influence on French literature of the nineteenth century.

  3. François-René de Chateaubriand (Saint-Malo, Francia, 1768-París, 1848) Escritor y político francés. Nacido en una rancia familia aristocrática venida a menos, fue educado junto con sus cinco hermanos en el castillo de Combourg, cerca de Saint-Malo, y estudió en los colegios de Dol y Rennes, antes de superar la prueba de admisión a guardiamarina en Brest, en 1782.

    • Biographie
    • Œuvres
    • Analyse de l’œuvre
    • Postérité
    • Voir aussi
    • Notes et Références

    Jeunesse

    Le vicomte François-René de Chateaubriand est issu d'une famille noble ruinée de la Guérande à Hénanbihen et de Saint-Malo où la famille du Rocher du Quengo s'est établie au début du XVIIe siècle, famille qui a retrouvé sa dignité d'antan grâce à la réussite commerciale du père de Chateaubriand, le comte René-Auguste de Chateaubriand (chevalier, comte de Combourg, seigneur de Gaugres, le Plessis l'Épine, Boulet, Malestroit en Dol et autres lieux) né le 23 septembre 1718 au manoir des Touches...

    Chevalier de Malte de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem

    C'est Chateaubriand lui-même qui évoque dans Les Mémoires d'outre-tombe à plusieurs reprises son admission dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Pour devenir chevalier de Malte, il se serait même fait tonsurer. Il explique comment son frère aurait présenté pour lui-même une demande d'admission à l'Ordre auprès du prieur d'Aquitaine Louis-Joseph des Escotais et comment il aurait justifié de ses quartiers de noblesse. La demande serait acceptée lors du chapitre prieural des 9, 10 et 11 septe...

    Le voyage en Amérique du Nord

    À l'époque de la Révolution française, en 1791, François-René s'est éloigné de France et embarqué pour le Nouveau Monde (Baltimore), avec le « prétexte de chercher le passage du Nord-Ouest »[13]. C’est Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes qui l’encouragea à partir[14]. Dans Voyage en Amérique, publié en 1826, Chateaubriand raconte être arrivé à Philadelphie le 10 juillet 1791, être passé à New York, Boston et Lexington. Il relate une rencontre avec George Washington à Philadelphie,...

    Essai sur les révolutions, J. Deboffe (Londres), 1797, essaiPublié à Hambourg chez J. F. Fauche et à Paris chez Le Mière
    Atala, Migneret, 1801, essai apologétique
    René, Migneret, 1802, roman
    Atala. René, Espagne, Pierre Beaume, 1825 (lire en ligne[archive])

    « Chateaubriand portait jusqu'à la cime la gloire émouvante de nos lettres ». Charles de Gaulle, discours du 2 février 1969 à Quimper (Discours et Messages, t. V, Plon, p. 376). Par son talent comme par ses excès, Chateaubriand peut être considéré comme le père du romantisme en France. Ses descriptions de la nature et son analyse des sentiments du moi en ont ainsi fait un modèle pour la génération des écrivains romantiques. Il a, le premier, formulé le « vague des passions» qui deviendra un lieu commun du romantisme : — Chateaubriand, Génie du Christianisme, vol. 3, 1802, II, chap.IX Sa pensée et ses actions politiques semblent offrir de nombreuses contradictions ; il se voulait à la fois l'ami de la royauté légitime et de la liberté, défendant alternativement celle des deux qui lui semblait être en péril : — Chateaubriand, De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, 1831 On observe dans ses Mémoires d'outre-tombe une dualité entre le Chateaubr...

    Critique politique

    En 1898, à l'occasion du cinquantenaire de la mort de Chateaubriand, Charles Maurras porte un jugement sévère sur son engagement politique où il croit lire l'influence néfaste de son âme romantique. Dans sa brochure Trois idées politiques : Chateaubriand, Michelet, Sainte-Beuve, il déplore que certains placent Chateaubriand au panthéon des auteurs légitimistes et traditionalistes : « Louis XVIII n'eut pas de plus incommode sujet, ni ses meilleurs ministres de collègue plus dangereux » ; « Rac...

    Citations

    1. Victor Hugo se serait exclamé, étant enfant : « Je veux être Chateaubriand ou rien ! »[N 4]. En revanche, en février 1868, Hugo reconnaît devant Paul Stapfer que « Chateaubriand est plein de choses magnifiques » et qu’il « a déployé dans les Mémoires d’outre-tombe un immense talent », mais il confie aussi que « c’était la personnification de l’égoïsme, un homme sans amour de l’humanité, une nature odieuse »[36]. 2. Talleyrand a dit de Chateaubriand : « Monsieur de Chateaubriand croit qu'il...

    Iconographie

    Les œuvres de Chateaubriand et l'auteur lui-même ont fait l'objet de diverses représentations artistiques. On peut citer notamment : 1. Les peintures d'Anne-Louis Girodet : 1.1. Atala au tombeau ou Les Funérailles d'Atala, Huile sur toile, 1808, Musée du Louvre (Paris)[39]. 1.2. Portrait de Chateaubriand méditant sur les ruines de Rome, Huile sur toile, 1808. Légué en 1848 par Juliette Récamier à la ville de Saint-Malo (Musée d'Histoire et d'Ethnographie). Une réplique réalisée par Girodet en...

    Cinéma et télévision

    1. 1989 : Mon dernier rêve sera pour vous de Robert Mazoyer 2. 2008 : L'Occitanienne, le dernier amour de Chateaubriand de Jean Périssé, avec Bernard Le Coq d'après l'œuvre d'Alain Paraillous exploitant un chapitre de l'autobiographie de Chateaubriand Mémoires d'outre-tombe[46],[47] 3. 2009 : Chateaubriand de Pierre Aknine avec Frédéric Diefenthal, diffusé sur France 2 le 28 avril 2010

    Articles connexes

    1. Armand de Chateaubriand 2. Céleste de Chateaubriand 3. Tombeau de Chateaubriand 4. Liste des ambassadeurs de France au Royaume-Uni 5. Liste des ambassadeurs de France près le Saint-Siège 6. Georges Libri-Bagnano

    Source partielle

    1. Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « François-René de Chateaubriand » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878 (lire sur Wikisource) 1. Portail de Saint-Malo et de sa région 2. Portail de la littérature française 3. Portail du romantisme 4. Portail de l’Académie française 5. Portail de la politique française 6. Portail du conservatisme 7. Portail des relations internationales 8. Portail de la Restauration 1814-1830 9. Portail de l’ordre de Saint-Jean de...

    • Síntesis biográfica
    • Obras
    • Frases
    • Aportes A La Literatura
    • Citas
    • Fuentes

    Nacido en Saint-Malo, de una familia aristocrática, fue educado junto con sus cinco hermanos en el castillo de Combourg, y estudió en los colegios de Dol y Rennes, antes de superar la prueba de admisión a guardiamarina en Brest, en 1782. En el verano de 1783ingresó en el colegio eclesiástico de Dinan, que abandonó en 1784 para dedicar dos años a la lectura y la meditación, que suscitaron en él una pasión especial por Rousseau. En 1786 se enroló en Cambrai y aprovechó los largos permisos para frecuentar los círculos literarios de París, en los cuales lo introdujo su hermano Jean-Baptiste, magistrado y nieto político de Malesherbes. Conoció así a Fontanes y Guinguené y fue presentado en la corte de Luis XVI.Al margen de la literatura oficial vivía otra literatura. La corriente nacida con Rousseau no se detuvo, y sus brotes, a pesar de ser intermitentes, fueron impetuosos. La Francia post-revolucionaria abría de nuevo sus puertas al cristianismo, y Chateaubriand, por sus lecciones y po...

    1797: Essai sur les révolutions (Ensayo sobre las revoluciones);
    1801: Atala
    1802: El genio del cristianismo
    1802: René

    Basta con aguantar en la vida para que los ilegítimos queden legitimados. Se siente una infinita estima por la inmoralidad, porque no ha dejado de serlo y el tiempo la ha condecorado con arrugas.

    Dos cosas aporta Chateaubriand a la literatura francesa: exotismo y un renacimiento religioso. Exotismo al describir Norteamérica en Los nátchez, Oriente Próximo en el Itinerario de París a Jerusalén (Itinéraire de Paris à Jérusalem), en Los mártires (les Martyrs) el mundo antiguo, celta y a la Germania primitiva, lugares que visitó durante los años de exilio. Chateaubriand introduce un arte cosmopolita en lugar de un arte exclusivamente nacional. Seguidor de Rousseau, invita también en Atala y en René, a dilucidar la verdadera emoción y la melancolía y trasponerlas sobre el papel.

    "La justicia es el pan del pueblo; siempre está hambriento de ella."
    "La pena de muerte sólo se ha perpetuado por una especie de crimen legal."
    "La verdadera felicidad cuesta poco; si es cara, no es de buena clase."
    "No hay nada en la vida tan bello, tan grato y tan grande como las cosas misteriosas."
    • 4 de julio de 1848París, Francia
    • François-René de Chateaubriand
    • 4 de septiembre de 1768Saint-Malo
    • Escritor
    • Enfance
    • Biographie
    • Religion
    • Mort
    • Carrière politique
    • Style
    • Résumé
    • Commentaires
    • Devise
    • Analyse

    Dernier enfant dune vieille famille bretonne et catholique, Chateaubriand est né à Saint-Malo. À partir de 1777, il vécut dans le château familial de Combourg. Destiné dabord à la carrière de marin, conformément à la tradition familiale, il était par tempérament tenté bien davantage par la prêtrise et par la poésie. Vers sa seizième année, il traversa, auprès de sa sœur préférée Lucile, une période fiévreuse et exaltée. Il prit finalement un brevet de sous-lieutenant (1786), fut présenté au roi Louis XVI à Versailles et fréquenta sans grand enthousiasme les salons parisiens.

    À Paris, il put assister aux premiers bouleversements de la Révolution ; dabord séduit par les débats didées quelle soulevait, il devait prendre rapidement en horreur les violences quelle engendrait. En avril 1791, par goût de laventure, il sembarqua pour lAmérique et y voyagea pendant quelques mois. De sa découverte des paysages et de sa vie au contact des Indiens, il rapporta de volumineuses notes qui allaient nourrir ses œuvres littéraires, notamment son Voyage en Amérique (1827). Revenu à Saint-Malo au début de lannée 1792, il sy maria puis, devant lévolution inquiétante du mouvement révolutionnaire, préféra émigrer et rejoignit en Allemagne larmée contre-révolutionnaire. Blessé, malade, il se réfugia ensuite en Angleterre (1793) où il passa sept années dexil et de misère. Cest à Londres quil publia son Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes, considérées dans leurs rapports avec la Révolution française (1797) où, à travers lévocation des bouleversements et des violences de la Révolution, il expose surtout la douleur de sa situation dexilé et d« infortuné ». Nommé par Bonaparte secrétaire dambassade à Rome (1803), il senthousiasma pour les paysages italiens mais, après lexécution du duc dEnghien (1804), il choisit de démissionner et dès lors sattacha à dénoncer, à demi-mots, la tyrannie napoléonienne. Deux ans plus tard, il sembarqua avec sa famille pour lOrient et visita la Grèce, la Turquie, Jérusalem. Au cours de ces pérégrinations, il prit des notes pour les décors de son épopée chrétienne, les Martyrs ou le triomphe de la religion chrétienne, publiée en 1809.

    En 1802, avec la même volonté de voir le catholicisme remis à lhonneur en France, il publia le Génie du christianisme, ou les Beautés de la religion chrétienne, vaste apologie de la religion à laquelle se rattache René et qui obtint également un succès foudroyant. Chateaubriand, écrivain de la foi, était devenu célèbre; son succès dans les salons lui permit à cette époque de faire la connaissance de celle qui devait être lamour de sa vie, Mme Récamier.

    À son retour, il se retira dans sa maison de la Vallée-aux-Loups, près de Sceaux, et commença ses Mémoires doutre-tombe dont la rédaction allait durer une trentaine dannées. Élu à lAcadémie française en 1811, année de la publication de son Itinéraire de Paris à Jérusalem, grâce à lappui de Bonaparte, il continua pourtant de se dire persécuté et, en 1814, composa avec quelque opportunisme un pamphlet antinapoléonien, De Buonaparte et des Bourbons et de la nécessité de se rallier à nos princes légitimes pour le bonheur de la France et de lEurope, où il se montrait favorable à la restauration monarchique.

    Après labdication de lempereur, exilé à lîle dElbe, Chateaubriand accueillit à Paris le futur Louis XVIII, mais ne fut pas sollicité pour rédiger la Charte constitutionnelle de la monarchie restaurée. Durant les Cent-Jours, Louis XVIII, réfugié en Belgique, fit de lécrivain son ministre de lIntérieur. Après le désastre de Waterloo et lexil définitif de lempereur à Sainte-Hélène, le vicomte devint pair de France puis ministre dÉtat. Mais, en 1816, il fustigea la modération du gouvernement en publiant la Monarchie selon la Charte. Privé aussitôt de son poste et des revenus qui y étaient attachés, il dut vendre la Vallée-aux-Loups. Il ne revint sur le devant de la scène quen 1820, à la faveur de la nouvelle orientation politique, moins libérale, du gouvernement, qui engendra laccession au pouvoir des ultras. Nommé ambassadeur puis, en 1822, ministre des Affaires étrangères, il apporta son efficace contribution à lexpédition dEspagne qui devait aider le roi Ferdinand VII à affirmer son autorité absolue (1823). Ce succès ne lempêcha pas de se voir chassé du ministère « comme un laquais » en 1824, pour avoir été trop critique à légard du gouvernement.

    La poésie des ruines, la fuite du temps, la contemplation mystique de la nature et la peinture dun certain «mal du siècle», lié à la fin dune civilisation, telles sont les thématiques principales qui caractérisent lœuvre de Chateaubriand et qui annoncent le mouvement romantique. Sil fut essayiste, romancier et mémorialiste, ses œuvres les plus célèbres transcendent les genres littéraires en mêlant notamment roman et autobiographie, prose et lyrisme poétique. Le style de Chateaubriand, qui arrive à son plein épanouissement dans les Mémoires doutre-tombe, est généralement considéré comme lun des plus beaux exemples de prose poétique en langue française, et lon observe que la critique  comme elle le fait couramment pour les œuvres poétiques  a souvent recours aux lexiques de la musique et de la peinture pour rendre compte de lécriture de Chateaubriand. Épiques ou élégiaques, ses textes sont de vastes poèmes, en ce sens quils mettent effectivement en pratique des procédés stylistiques propres à la poésie: les phrases y sont rythmées et cadencées comme des périodes oratoires ou des vers mesurés (les alexandrins «dissimulés» y sont fréquents) ; en outre, les jeux sonores (assonances, consonances, allitérations, etc.) et les figures de rhétorique (métaphores filées, personnifications, par exemple) y sont présents avec la même densité que dans les textes qui relèvent du genre poétique à proprement parler. Loin dêtre un simple ornement, ce langage poétique très travaillé est constitutif dune vision poétique et tragique du monde, hantée par le temps perdu, la mort et le désir dEternité.

    Dans ce vaste essai, qui date de 1802, Chateaubriand souligne limportance de la religion catholique au cours de lhistoire. Son approche est souvent marquée par des accents poétiques: pour lui, la foi et la contemplation des beautés de la nature sont liées. Outre son analyse des principes et des rites de la religion, lauteur étudie tous les domaines de la culture  littérature, sculpture, peinture, architecture, mais aussi histoire et philosophie  pour conclure à la supériorité des œuvres dinspiration chrétienne, notamment la Divine Comédie de Dante et le Paradis perdu de Milton. Il y établit également un audacieux parallèle entre la Bible et Homère. Les pages quil consacre aux églises gothiques contribuèrent largement à lengouement de lépoque pour le Moyen Âge. Dans cet essai, Chateaubriand rompait avec toute la pensée philosophique du XVIIIe siècle (notamment celle de Voltaire) consistant à railler la religion chrétienne, son clergé mais aussi ses valeurs afin de combattre lobscurantisme. Le Génie du christianisme eut une influence considérable sur les mentalités et la société françaises, contribuant entre autres à restaurer dans la population un goût prononcé pour la spiritualité, qui devait perdurer tout au long du XIXe siècle.

    René (1802-1805), qui illustre et prolonge la réflexion du Génie du Christianisme, dont il faisait dailleurs partie à lorigine, se présente comme un court récit, entre autobiographie et fiction romanesque. Chateaubriand voulait y dépeindre la mélancolie du héros-narrateur, mélancolie qui, selon lui, était propre à lépoque. Le personnage de René y raconte sa vie passée en sarrêtant sur les événements qui lont conduit à ce mal de lâme, notamment son habitude de chercher refuge dans une rêverie qui devient un poison et son amour impossible pour sa sœur Amélie Au lieu dapporter un remède à ce « mal du siècle » qui sévissait chez les jeunes gens de lépoque, René mit la mélancolie à la mode et influença directement des œuvres telles que les la Confession dun enfant du siècle de Musset. Considérés comme le chef-dœuvre de Chateaubriand, les Mémoires doutre-tombe constituent une entreprise dexception, à la croisée de lautobiographie et des mémoires. Lauteur avait décidé de ne publier lœuvre quaprès sa mort, doù son titre. Ébauchés en 1809, les Mémoires doutre-tombe furent achevés sous une première forme en 1841. Ils furent pourtant retravaillés par lauteur dans les années 1845-1847 et parurent pour la première fois, sous forme de feuilleton, en 1848. Ils furent publiés en volumes en 1898, mais cest depuis une cinquantaine dannées seulement que le lecteur peut apprécier lœuvre dans une version complète et satisfaisante.

    I- « Ma jeunesse, ma carrière de soldat et de voyageur », II- « Ma carrière littéraire », III- « Ma carrière politique »,

    Les pages consacrées aux souvenirs de lenfance et de ladolescence, fourmillantes de détails familiers et danecdotes, sont lyriques et fiévreuses, notamment celles qui concernent ses promenades et ses rêveries à Combourg ou qui évoquent le personnage imaginaire de la sylphide. Dun ton plus emphatique, le récit que fait Chateaubriand de sa vie dhomme et de sa carrière politique et diplomatique apparaît souvent comme une orgueilleuse épopée où il prend la pose pour la postérité, soucieux de donner de lui-même une image favorable : « Je ne dirai de moi que ce qui est convenable à ma dignité dhomme. » Pour Chateaubriand, la vérité poétique et la cohérence du récit doivent de toute façon lemporter sur la vérité des faits, et cest à ce titre quil se permet de travestir quelquefois la vérité. En cela, le projet autobiographique des Mémoires diffère grandement de celui des Confessions de Rousseau. Au-delà de lhistoire dune vie et dune époque, les Mémoires constituent un long poème lyrique en prose dont le thème récurrent est la fuite du temps. La mélancolie qui caractérise lévocation des tristes années de Combourg, le sentiment dappartenir à une génération de « fin de siècle », les lamentations sur lécroulement de la civilisation monarchique font indéniablement de Chateaubriand un précurseur des romantiques.

  4. François René de Chateaubriand Escritor y político francés "El escritor original no es aquel que no imita a nadie, sino aquel a quien nadie puede imitar". Nació el 4 de septiembre de 1768, en Saint-Malo, Bretaña. Fue el décimo y último hijo de una muy noble familia Bretona que había caído en desgracia.

  1. Anuncios
    relacionados con: François-René de Chateaubriand
  2. View Full Court Records & Case Histories. Type Any Name & Search Now! Fast & Easy Access To Millions Of Records. Updated Daily. Anonymous & Secure.

  3. Ve los libros recomendados de tu género preferido. Envío gratis a partir de $599

  4. 100,000+ usuarios visitaron mylife.com el mes pasado

    Reputation Profiles include free contact info & photos + criminal & court records. See your own Reputation & Score, too - Profiles are shown over 300 million times monthly.

  5. 100,000+ usuarios visitaron peoplelooker.com el mes pasado

    Explore People's Public Records, Phone, Address, Social Media & More. Look Up Any Name. Explore Someone's 1. Phone Number 2. Address 3. Email & More. Lookup Any Name - Try Today!

  1. Búsquedas relacionadas con François-René de Chateaubriand

    François-René de Chateaubriand poemas