Yahoo Search Búsqueda en la Web

  1. Cerca de 39.600 resultados de búsqueda
  1. Anuncio
    relacionado con: Maxime Weygand
  2. 1 millón+ usuarios visitaron ebay.com el mes pasado

    But Did You Check eBay? Check Out Top Brands On eBay. Over 80% New & Buy It Now; This Is The New eBay. Find Great Deals Now.

  1. Maxime Weygand ( Bruselas, 21 de enero de 1867 - París, 28 de enero de 1965) fue un general francés del Ejército.

    • 1887-1935, 1939-1945
    • Francia
  2. Maxime Weygand. Maxime Weygand ( French pronunciation: [vɛɡɑ̃]; 21 January 1867 – 28 January 1965) was a French military commander in World War I and World War II . Born in Belgium, Weygand was raised in France and educated at the Saint-Cyr military academy in Paris. After graduating in 1887, he went on to become an instructor at the ...

    • Belgian, French
    • 1887 – 1942
    • Primeros años
    • Durante Primera Guerra Mundial
    • período de Interguerra
    • en La Segunda Guerra Mundial
    • Colaboración Durante El Régimen de Vichy
    • Los años Pasados
    • Decoraciones
    • Fuentes

    Weygand nació en Bruselas de padres desconocidos. Fue mucho tiempo sospechado de ser el hijo ilegítimo de la una o la otra emperatriz Carlota de México (por el general Alfred Van der Smissen); o de su hermano Leopold II, Rey de los belgas y la amante polaca de Leopold. Van der Smissen siempre parecía un candidato probable por el padre de Weygand debido al parecido asombroso entre los dos hombres. En 2003, el periodista francés Dominique Paoli afirmó haber encontrado pruebas que el padre de Weygand en efecto era van der Smissen, pero la madre era Mélanie Zuchy-Metternich, dama de honor a Carlota (y la hija del príncipe Metternich, Canciller austríaco). Paoli adelante afirmó que Weygand había nacido a mediados de 1865. Regardless, durante su vida que Weygand mantuvo no sabía su familia verdadera. Mientras un niño que le enviaron a Marsellapara ser levantada por una viuda llamada a Virginie Saget, que al principio tomó para ser su madre. A la edad de 6 años se transfirió a la casa de D...

    Pasó la guerra de 1914-18 como un Oficial del estado mayor. En el brote, satisfizo su gusto al contacto con las tropas gastando 26 días con el 5ème Hussards. El 28 de agosto, se hizo un Teniente coronel del personal del general Ferdinand Foch. Se promovió a General de brigada en 1916 y Général de Division (equivalente a la fila de Anglophone del general mayor) en 1918, sirviendo en el Consejo de guerra Supremo a partir de 1917. Permaneció del personal de Foch cuando su patrón se designó al Comandante Aliado Supremo en la primavera 1918 y era el hombre derecho de Foch en todas partes de su victoria en Segundo Marne (para que Foch era el Mariscal promovido de Francia) a finales del verano y hasta el final de la guerra. En 1918 sirvió en las negociaciones de armisticio, y era Weygand que leyó en voz alta las condiciones de armisticio a los alemanes en Compiègne, en el vagón dos veces infame. Se puede descubrir en fotografías de los delegados de armisticio, y también estando de pie detr...

    Weygand en Polonia

    Enviaron brevemente Weygand a Polonia como el miembro de la Misión Interaliada con Polonia en julio y agosto de 1920. No era el jefe de la misión militar francesa que había llegado antes (1919) y fue encabezada por el general Henrys. La Misión Interaliada con Polonia también incluyó al diplomático francés Jean Jules Jusserand y el diplomático británico señor Edgar Vincent D'Abernon. Consiguió poco; en efecto, la Batalla crucial de Varsoviase luchó y ganada por los Polos antes de que la misión...

    En Francia y el Oriente Medio

    Weygand estaba desempleado durante un rato después de la misión militar con Polonia, pero en 1923 se hizo a comandante en jefe Levante, el mandato francés en Líbano y Siria. Se designó entonces al Alto comisionado de Siria el próximo año, una posición que también sólo guardó durante un año. Weygand volvió a Francia en 1925, cuando se hizo el director del Centro de Estudios Militares más Altos, una posición tenía durante cinco años. En 1931 se designó a Jefe de Estado Mayor del ejército francé...

    Antes de finales de mayo de 1940 el desastre militar en Franciadespués de la invasión alemana era tal que el Comandante Supremo - y políticamente neutro - Maurice Gamelin, se rechazó, y Weygand un mascarón de proa del derecho - recordado de Siria para sustituirle. Weygand llegó el 17 de mayoy comenzó anulando la contraofensiva del lado pedida por Gamelin, para cortar las columnas blindadas enemigas que habían perforado a través del frente francés en Ardennes. Así perdió dos días cruciales antes de adoptar finalmente la solución, sin embargo obvia, de su precursor. Pero era para entonces una maniobra fracasada, porque durante las 48 horas perdidas, la infantería alemana se había puesto al corriente detrás de sus tanques en la brecha y había consolidado sus ganancias. A la situación no le ayudó la respuesta negativa de Churchill de remitir Royal Air Force al contraataque, abandonando fuerzas de tierra vulnerables a Luftwaffe. Entonces supervisó la creación de la línea de Weygand, una...

    En junio, Weygand fue designado por Pétain al gabinete del Burdeos Vichy como el Ministro de la Defensa nacional durante tres meses (junio hasta el septiembre de 1940), y luego general por el Delegado a las colonias africanas del Norte. Weygand adquirió una reputación como un opositor de colaboración cuando protestó, en Vichy, contra los Protocolos de París del 28 de mayo de 1941 firmado por el almirante Darlan, acuerdos que concedieron bases al Eje en Aleppo (Siria), Bizerte (Túnez) y Dakar (Senegal) y previeron una colaboración militar extensa con fuerzas del Eje en caso de medidas preventivas Aliadas. Como Simon Kitson demostró en su libro La Búsqueda de Espías nazis, Weygand permaneció abierto en su crítica de Alemania. Sin embargo, la Delegación General Weygand (4to Office) colaboró con Alemania entregando a Afrika Korps de Rommel 1200 camiones franceses y otros vehículos de ejército franceses (contrato de Dankworth de 1941), así como piezas de la artillería pesadas acompañadas...

    Después de volver a Francia, se sostuvo como un colaborador en Val de-Grâce, pero se liberó en el mayo de 1946 y se despejó en 1948. Murió en París a la edad de 98 años. Beirut todavía sostiene su nombre en una de sus calles principales, Lamente Weygand.

    Légion d'honneur
    Caballero (¿el 10 de julio 191?)
    Oficial (el 10 de diciembre de 1914)
    Comandante (el 28 de diciembre de 1918)
    • 28 de enerode 1965París, Francia, Francia
    • Francesa
    • 21 de enerode 1867Bruselas, Bélgica, Bélgica
    • Maxime Weygand
  3. Maxime Weygand. (Bruselas, 1867 - París, 1965) General francés de origen belga. Participó en la Primera Guerra Mundial como jefe del Estado Mayor del general Ferdinand Foch, colaborando en las operaciones de Ypres, del Ise y del Somme. Maxime Weygand. Durante la Segunda Guerra Mundial fue jefe de operaciones en el Cercano Oriente.

  4. Maxime Weygand (21 de enero de 1867-28 de enero de 1965) fue un general francés. Fue una figura importante de las dos guerras mundiales, y miembro de la Académ...

  5. Maxime Weygand, nació en Bruselas, Bélgica, el 21 de enero de 1867. Sus orígenes son un tanto oscuros puesto que ante los rumores que fue hijo de la Emperatriz Carlota de México o hijo ilegítimo de una polaca y criado por la Emperatriz, él nunca negó ni confirmó esos rumores.

    • Personnalités
    • Biographie
    • Carrière politique
    • Enfance
    • Controverse
    • Origines
    • Résumé
    • Formation
    • Carrière militaire
    • Famille
    • Conséquences
    • Contexte historique
    • Terminologie
    • Organisation
    • Préparation
    • Fonction
    • Citation
    • Activités
    • Commentaire
    • Éducation
    • Hommages

    Maxime Weygand, né à Bruxelles le 21 janvier 1867 et mort à Paris le 28 janvier 1965, est un officier général français, membre de l'Académie française. Il a joué un rôle majeur lors des deux guerres mondiales.

    Bras droit du maréchal Foch à la fin de la Première Guerre mondiale, il est notamment chargé, le 11 novembre 1918, de lire les conditions de l'armistice à Rethondes à la délégation allemande.

    Nommé par Paul Reynaud le 19 mai 1940 commandant en chef de l'armée française en remplacement du général Gamelin, il ne peut pas empêcher la défaite lors de la bataille de France. Il est alors le premier à se déclarer partisan d'un armistice (comme lors de la Première Guerre mondiale) avec l'Allemagne alors même que le président du conseil Paul Reynaud prend la décision d'une capitulation française (procès du maréchal Pétain compte rendu officiel des audiences de la haute cour de justice p.141). Il devient le 17 juin 1940 ministre de la Guerre du gouvernement Pétain, prépare la signature du traité d'armistice le 22 juin, puis participe deux mois au gouvernement de Vichy, avant d'être nommé le 4 septembre 1940 commandant pour l'Afrique du Nord où il crée et organise l'armée d'Afrique en relation avec les services américains et britanniques. Rappelé et relevé par Pétain de son commandement sous la pression allemande en novembre 1941, il est assigné à résidence dans une villa en Provence où il reçoit une lettre du Président Roosevelt lui demandant de poursuivre son action1. Arrêté par la Gestapo la veille de l'invasion de la zone sud par les Allemands le 11 novembre 1942, il est déporté en Allemagne et interné jusqu'à la fin de la guerre. Arrêté à son retour d'Allemagne, accusé de haute trahison et emprisonné par les gaullistes, il bénéficie d'un non lieu, devient le défenseur de la mémoire du maréchal Pétain, puis le soutien des partisans de l'Algérie française pendant la guerre d'Algérie. Le 11 juin 1931, en même temps que le romancier Pierre Benoit, il est élu à lAcadémie française à l'unanimité des votants pour succéder au maréchal Joffre au 35e fauteuil.

    Weygand est né le 21 janvier 1867 à Bruxelles, de parents inconnus (c'est l'accoucheur qui, deux jours plus tard, déclara à l'état civil la naissance de l'enfant, répondant au prénom de Maxime).

    Le général de Gaulle, quant à lui, ne se privait pas de relier la naissance de Weygand à l'expédition du Mexique (ainsi, lors du Conseil des ministres préparant la visite officielle au Mexique du général de Gaulle, le ministre des Armées Pierre Messmer, annonça que la France allait restituer au Mexique les fanions de l'armée mexicaine pris au moment de l'expédition du Mexique sous Napoléon III, en déclarant à ce sujet que cette guerre n'avait rien rapporté à la France. Le général l'interrompit et lui dit : « Si, cette guerre nous a rapporté Weygand ! »)4. Au moment de laffaire Dreyfus, il se signale comme antidreyfusard en participant, en 1898, à la souscription nationale ouverte par le journal antisémite, La Libre Parole, d'Édouard Drumont, au profit de la veuve de l'auteur du faux document, le colonel Henry11, qui s'était suicidé lorsque fut révélée sa falsification du bordereau accusant Dreyfus. Cette entreprise vaut d'ailleurs à Weygand l'unique sanction qu'il ait jamais subie : quatre jours d'arrêt simple, infligés sur l'ordre du ministre de la Guerre, Charles de Freycinet, « pour avoir pris part à une souscription pouvant prendre un caractère politique ».

    Selon une autre thèse, celle de Charles Fouvez, qui a publié en 1967 Le Mystère Weygand aux éditions de La Table Ronde, Weygand serait le fils illégitime du roi des Belges Léopold II. Bien que les preuves formelles ne soient pas apportées, il existerait selon lui un faisceau d'indices formant des quasi-preuves. Dans le périodique Histoire pour tous no 100 d'août 1968, l'auteur confirme sa conviction sur la base du courrier reçu par lui après la publication de son livre. De plus, d'après lui, la mère de Weygand serait la comtesse Kosakowska, épouse d'un aristocrate russe d'origine lituanienne. Dans les années 1930, Maxime Weygand, qui votera pour Charles Maurras à lAcadémie française, est un proche de lAction française mais son légalisme lempêche de manifester publiquement son accord avec Maurras17.

    Confié dès sa naissance à une nourrice bruxelloise, Mme Saget, qui l'élève jusqu'à l'âge de six ans, le jeune Maxime est ensuite conduit en France où, dans des circonstances mal déterminées, il devient le pupille de David de Léon Cohen, négociant juif résidant à Marseille. Curieusement, les Mémoires de Maxime Weygand restent totalement silencieux sur ses tuteurs, alors qu'il rend longuement hommage à sa gouvernante et à laumônier de son lycée, qui lui ont insufflé sa foi catholique.

    Après des études effectuées au lycée Michelet à Vanves, au lycée Thiers, au lycée Louis-le-Grand puis au lycée Henri-IV, c'est sous le nom de Maxime de Nimal8 qu'il est reçu en 1885 à lÉcole militaire de Saint-Cyr comme élève à titre étranger (belge). Il fait partie de la promotion de l'Annam (1885-1887). il est classé vingtième de sa promotion lorsque sa formation s'achève en 1887. Il choisit la cavalerie et intègre, toujours à titre étranger, l'École de cavalerie de Saumur. Il la quitte le 31 août 1888, no 9 sur 78 élèves. Il est affecté avec le grade de sous-lieutenant au 4e régiment de dragons, à Chambéry, en Savoie, sous les ordres du capitaine Alain Pierre Touzet du Vigier9.

    Sa carrière militaire va se poursuivre dès lors à Chambéry, Saint-Étienne, Lunéville, Saumur, Niort et Nancy. Lieutenant en 1891, il est nommé capitaine en septembre 1896. Il choisit à cette époque de ne pas préparer lÉcole de guerre, en invoquant sa volonté de rester au contact de ses hommes. De 1902 à 1907 et de 1910 à 1912, périodes pendant lesquelles il est promu chef d'escadrons (mai 1907) puis lieutenant-colonel (mai 1912), Maxime Weygand est instructeur à l'École de cavalerie de Saumur. En 1913, il est fait chevalier de la Légion d'honneur et entre au Centre des hautes études militaires, où le général Joffre le remarque. Au début de la Première Guerre mondiale, Weygand est lieutenant-colonel et commandant en second du 5e régiment de hussards, à Nancy, avec lequel il participe à la bataille de Morhange. Cependant, à la suite de la rapide réorganisation du commandement français voulue par le général Joffre pour éviter une probable débâcle, il est promu colonel le 21 septembre 1914 et nommé aussitôt chef d'état-major à la IXe armée. Promu général de brigade le 8 août 1916 il remplit les mêmes fonctions au groupe des armées du Nord puis au groupement du général Foch et est enfin adjoint au major-général de l'armée. Weygand doit malgré tout se résoudre à suivre Foch dans sa disgrâce provisoire pendant les premiers mois de 1917 : il l'accompagne notamment lors d'une mission confidentielle à Berne traitant de l'éventualité d'une violation du territoire helvétique par l'armée allemande. En 1920, Weygand est fait général de corps d'armée et général d'armée en 1923. Il succède en Syrie et au Liban au général Gouraud, au titre de haut-commissaire de France. En 1924, il entre au Conseil supérieur de la guerre. En 1925, il dirige le Centre des hautes études militaires. Weygand est promu chef d'État-Major général de l'armée en 1930. Il est vice-président du Conseil supérieur de la guerre, et à ce titre, dénonce le danger hitlérien et condamne le désarmement. En 1932, la gauche revenue au pouvoir mène une politique de désarmement qui provoque lindignation de Weygand qui dans ses rapports secrets écrit que « larmée française est descendue au plus bas niveau que permette la sécurité de la France16 ». Il se retire du Conseil supérieur de la guerre le 21 janvier 1935, laissant place au général Gamelin, mais est maintenu en activité sans limite d'âge. En 1938, il exprime un optimisme de façade sur la capacité de l'armée française à vaincre en cas de conflit[réf. nécessaire]. Sur sa demande, Weygand est rappelé au service actif par le président Édouard Daladier en août 1939 pour diriger les forces françaises au Moyen-Orient. Il est nommé chef du Théâtre d'opérations de la Méditerranée orientale et doit, depuis son quartier général situé à Beyrouth, coordonner la présence militaire française au Levant et dans les Balkans. En octobre 1939, il se rend en Turquie afin de signer le traité d'assistance mutuelle liant ce pays à la France et au Royaume-Uni. Dans les mois qui suivent, il tente de mettre en place plusieurs plans d'action militaire visant à la constitution d'un front d'Orient qui pourrait prendre à revers l'Allemagne et ses alliés. Il prépare notamment des projets de débarquement français à Thessalonique et en Roumanie, ainsi qu'une offensive contre l'URSS, alors liée à l'Allemagne par le Pacte germano-soviétique, dirigées principalement contre les champs de pétrole de Bakou27. Les effectifs limités dont il disposait (trois divisions à peine) ont fait que ces plans ambitieux, jugés chimériques par certains historiens, sont restés à l'état de projet.

    Deux années plus tard, le 12 novembre 1900, alors qu'il est capitaine au 9e régiment de dragons à Vitry-le-François, il épouse à Noyon, dans l'Oise, Marie-Renée-Joséphine de Forsanz (1876-1961), qui n'est autre que la fille du colonel commandant ce régiment, Raoul de Forsanz (1845-1914). Le couple aura deux fils : Édouard Weygand (1901-1987), qui deviendra plus tard industriel, père de six enfants, puis Jacques (1905-1970), qui, suivant l'exemple de son père, se destinera tout d'abord à la carrière des armes12.

    En mai 1917, après l'échec du général Nivelle, Pétain, nouveau commandant en chef, rappelle Foch en tant que chef d'État-Major général. Weygand devient l'un des sous-chefs d'État-Major et est promu général de division (à titre temporaire). Avec Foch, il prend part à la conférence de Rapallo (it), le 6 et 7 novembre 1917, tenue pour soutenir le front italien après la défaite de Caporetto, au cours de laquelle les Alliés décident de créer un Conseil supérieur de guerre interallié. D'autres déclarations annoncent des thèmes de la « Révolution nationale » : il déclare ainsi en 1937 à un dîner du comité Dupleix-Bonvalot : « Le génie français a besoin de sécurité et chaque jour accroît l'instabilité matérielle et morale. Tout n'est plus qu'apparence : les conditions de travail, le pain quotidien, la propriété sont le jouet d'agitations aveugles. La race s'épuise et s'abâtardit. Les campagnes se vident. Le peuple généreux et idéaliste se laisse conduire par des conceptions politiques et sociales d'un matérialisme primaire (). Pour rendre aux meilleurs l'influence légitime dans les affaires du pays, il faut rompre avec les erreurs de principe et de fait qui nous ont conduits où nous sommes23 ». Weygand arrive en France le 19 mai. La passation de commandement avec le général Gamelin dure quelques heures28, au cours desquelles celui-ci lui rend compte de l'ampleur de la défaite et lui fait part de l'absence de réserves. Ignorant la situation exacte des armées du Nord, Weygand annule les derniers ordres de Gamelin prévoyant une contre-offensive. Les communications avec les armées du Nord étant très difficiles, il décide de se rendre lui-même sur place. Le 21 mai, il arrive par avion à la conférence d'Ypres, où il rencontre le roi des Belges Léopold III et le chef des armées françaises en Belgique, le général Billotte. Weygand se décide alors à reprendre l'idée d'une contre-offensive pour couper les colonnes blindées allemandes les plus avancées et qui sont souvent privées de soutien par l'infanterie qui ne parvient pas toujours à les suivre. Mais le général Billotte, chargé de la mise en œuvre de cette contre-offensive meurt accidentellement le lendemain. Le général Jean Blanchard, qui lui succède, n'a pas assisté à la conférence. Le chef du Corps expéditionnaire britannique Lord Gort n'a pas non plus assisté à la Conférence d'Ypres, il s'est présenté à la conférence après le départ de Weygand et refuse, de toute façon, d'engager deux divisions, abandonnant l'armée belge qui combat à sa gauche et l'armée française du Nord à sa droite. Il crée ainsi un vide dans le front allié pour entreprendre un mouvement de retraite des forces britanniques vers Arras, puis Dunkerque. Le roi Léopold III et Weygand sont mis devant le fait accompli. En l'absence de soutien britannique, les forces belges et françaises du Nord étant débordées, Weygand doit renoncer à toute offensive. On saura plus tard que l'ordre de retraite est venu de Londres (en 1984, la confirmation en est faite par l'amiral anglais Lord Keyes29), mais les Belges et les Français l'ignorent30.

    À la suite de la réunion tenue à Doullens le 26 mars 1918, lorsque le commandement en chef des armées alliées, avec le titre de généralissime, est confié à Foch, son collaborateur direct est nommé au poste essentiel de major général des armées alliées. Les 8, 9 et 10 novembre 1918, Weygand seconde Foch aux négociations d'armistice et donne lecture aux Allemands des conditions darmistice, dans la clairière de Rethondes, dans ce qui deviendra le wagon de l'Armistice. En 1920, le général Weygand est nommé en Pologne, suivant les termes de Józef Piłsudski, « conseiller technique de la mission franco-anglaise » envoyée en Pologne par les Alliés lorsque Varsovie se trouva menacée (juillet 1920). Selon Foch, Weygand « devint bientôt le représentant militaire » de cette mission auprès du Haut-Commandement polonais pour venir en aide aux Polonais en déroute face aux forces soviétiques. En effet, les Polonais, engagés depuis 1919 dans une guerre contre la Russie bolchevique, étaient sur le point dêtre battus par les forces soviétiques de Toukhatchevski. Lors d'une conférence le 27 juillet 1920 en présence d'Ignacy Daszyński, vice-président du Conseil polonais et représentant de Piłsudski, du prince Eustachy Sapieha, ministre des Affaires étrangères, et des membres de la commission interalliée, les Britanniques proposent même que Weygand prenne la tête de l'armée polonaise, mais les Polonais refusent14. En mai 1940, la situation militaire en France est si compromise que le commandant suprême, le général Maurice Gamelin, jugé trop passif, est écarté. Weygand, alors en Syrie, est appelé le 17 mai par Paul Reynaud28 pour le remplacer. À la même date, le maréchal Pétain entre au Gouvernement, en tant que vice-président du Conseil. Les divisions blindées allemandes, ayant percé depuis le front à Sedan dès le 13 mai, poursuivent leur course à l'ouest et ont coupé l'armée française en deux, enfermant une partie de celle-ci en Belgique avec les armées belge et britannique.

    Il ne faut pas confondre la mission interalliée, qui n'a été présente en Pologne que quelques semaines en juillet-août 1920, dont faisait partie le général Weygand et qui comprenait le diplomate français Jusserand, le diplomate britannique Lord D'Abernon et le général anglais Radcliffe avec la mission militaire.

    La mission militaire française, présente antérieurement et depuis avril 1919 et jusqu'en 1932, était commandée alors par le général Paul Henrys, sous les ordres de qui se trouvaient, parmi les quelques 500 personnes que compte la mission, le capitaine Charles de Gaulle et son adjoint, le capitaine Jean Touzet du Vigier.

    Weygand a ainsi pu imposer ses vues ou, tout du moins, Piłsudski les a-t-il pour partie intégrées dans son plan, rejetant toutefois l'idée d'une attaque dans le secteur de Siedlce. Le plan final serait donc de la main de Piłsudski, approuvé par Rozwadowski et Weygand. Dès lors, Weygand est chargé de la conception de la défense de Varsovie, domaine dans lequel il excelle ; afin de mettre en œuvre ses vues et d'aider les Polonais, il exige du général Henrys d'une part l'envoi des conseillers français non seulement au niveau divisionnaire, mais de le pousser au niveau régimentaire, et d'autre part des appuis spécifiques pour l'établissement de fortifications et l'amélioration des positions d'artillerie. Il suggère également de placer le nord du front sous le commandement du général Józef Haller, alors en disgrâce, et de confier le commandement du sud du front à Władysław Sikorski ; Piłsudski retient ces suggestions14.

    Le rôle de la mission militaire interalliée est difficile à appréhender : chargée d'un rôle de conseil et de formation et non d'unité combattante, elle a certainement contribué à améliorer les compétences de l'armée polonaise.

    Clemenceau donne de Weygand, dans M. Clemenceau peint par lui-même de Jean Martet, une description pertinente pour comprendre la figure mystérieuse du général : « Cest que Weygand est quelquun. Mais, mal foutu. Cest un homme qui a dû recevoir des coups de pied au derrière quand il était encore dans les limbes. Mais il est intelligent. Il a je ne sais quoi, une sorte de feu sombre. Je me suis fâché parce quau conseil des Alliés il venait il parlait. Jai dit au général Foch : « Vous navez pas le droit dy venir vous-même. Vous nêtes là que pour répondre quand on vous consulte. Au moins faites-le taire. » Weygand est un homme comment vous dire ça ? Dangereux, capable, dans un moment de crise, daller très loin, de se jeter là-dedans, et intelligemment, beaucoup plus intelligemment que ne leût fait Mangin, qui aurait donné du nez nimporte où. Dangereux, mais précieux. Et ayant une énorme qualité : sachant faire son travail sans en parler, sans quon en parle. Il est allé en Pologne. Je ne sais pas ce quil a fabriqué là-bas, mais ce quil fallait faire, il la fait. Il a remis tout ça en place ; la question a été réglée. Il est revenu, na pas triomphé, na rien dit ; on ne sait pas ce quil a fait, où il est. Cest assez fort. Ce nest pas que Foch soit sot ; mais il a un génie bon enfant et simpliste. Lautre y ajoute quelque chose de tendu et de profond. Enfoncé naturellement dans les curés, jusquau cou. ». En 1938, après la crise de Munich, Weygand évoque dans les locaux de lUnion corporative des instituteurs le 20e anniversaire de larmistice ; il incrimine « le rapide relèvement de nos ennemis dhier et du déclin indéniable de nos propres forces » à « loubli dans lequel nous avons trop vite laissé tomber la leçon des morts ». Mais « il nest pas trop tard pour que les Français lentendent ». À une réunion consacrée à lempire colonial et aux prétentions allemandes, Weygand déclare : « Il ne faut donc pas se laisser prendre aux dires de M. Hitler, prétendant que la conquête coloniale est la dernière, comme il la déjà annoncé à différentes reprises dans les occasions que lon sait. () Pour faire face aux exigences du Troisième Reich, il importe à la France de se montrer forte, unie et ferme. Écarter tout marchandage. Faire corps avec le gouvernement »22.

    Il entre au comité directeur du « Rassemblement national pour la reconstruction de la France » après la victoire du Front populaire en 1936, aux côtés de Bernard Faÿ, le médecin-général Jules Emily ou l'Académicien Abel Bonnard. Ce cercle de pensée a été fondé par René Gillouin, Gaston Le Provost de Launay et Lucien Souchon, son secrétaire général. Il publie des documents contre le Front populaire et le communisme, et tient quelques rares conférences auxquelles Weygand assiste en 1937-1938. Interrogeant Weygand pour la commission dinstruction de la Haute-Cour de justice en 1946, un commissaire de la police judiciaire résumera ainsi son témoignage : « En résumé, cinq ou six intellectuels se réunissaient mensuellement pour étudier diverses questions dordre national. Le résultat de leurs études était livré à la méditation de quelques personnes fournissant à lassociation les moyens matériels de subsister. Est-ce bien ainsi quil faut résumer votre audition ? ». « Oui, à cela près que je nétais pas un intellectuel », corrigea Weygand. Selon le général, les travaux de lassociation « portaient sur des questions éducatives et sociales », en premier lieu, et sur des questions sociales et économiques18. Lassociation aurait été mise en sommeil en 1938 suite à une rupture entre Weygand et Bonnard19. En 1937, il est l'un des signataires du Manifeste d'adhésion des intellectuels français à Franco20. Il préside plusieurs dîners « nationaux » : ceux du Comité Dupleix-Bonvalot ou des « Affinités françaises »21. En mai 1936, à un de ces dîners, Weygand prend la parole pour « montrer quaux dangers certains que lhitlérisme nous fait courir, il convient dopposer trois forces, force matérielle, force morale et force politique ». Ses conférences, ses livres de 1937, Comment éduquer nos fils ? et La France est-elle défendue ?, ses articles donnés à Revue des deux Mondes et à La Revue hebdomadaire, tiennent compte de ce qui se passe de lautre côté du Rhin pour sen inquiéter, prêchent la nécessité dune « ardente foi patriotique » et de lunion.

    « Le danger le plus immédiat et le plus considérable résulte du développement sans précédent que nos voisins de lEst donnent à leurs forces militaires, et du fait que la France est toujours considérée comme lennemi à abattre avant de satisfaire dautres visées », affirme-t-il par exemple. Notons en passant quil reconnaît que des « crédits considérables » ont été « votés par les partis jusque-là les plus réfractaires aux dépenses militaires », ce qui reconnaît leffort de guerre du gouvernement du Front populaire, contrairement à ce qui sera affirmé au procès de Riom.

    Le général se passionne dans les années 1930 pour les questions d'éducation. Membre actif du Cercle Fustel de Coulanges, il signe des articles dans ses cahiers et il fait publier en 1937 un livre intitulé Comment élever nos fils ?. Il soutient le Centre daction et de propagande nationale à lécole, dirigé par le général René Madelin, directeur de la revue mensuelle La Belle France, qui accueille alors des articles de Weygand, Bonnard, Faÿ (Weygand fait partie de son comité de patronage avec le maréchal Pétain, les généraux Gamelin et Brécard, des Académiciens), et qui publie aussi un périodique, LInstituteur national24.

    Il figure ensuite au comité directeur de lAssociation des Amis de lécole française, liée au journal LÉcole française et rebaptisée en 1939 Les Amis de lÉducation française, aux côtés notamment de Gillouin25. Il s'en prend notamment aux instituteurs qui « (s'élèvent) contre l'ordre social existant et se (montrent) rebelles à l'idée de patrie »26. En 1934, est exposé à Paris au Salon d'automne son buste réalisé par Philippe Besnard.

  1. Anuncio
    relacionado con: Maxime Weygand
  2. 1 millón+ usuarios visitaron ebay.com el mes pasado

    But Did You Check eBay? Check Out Top Brands On eBay. Over 80% New & Buy It Now; This Is The New eBay. Find Great Deals Now.