Yahoo Search Búsqueda en la Web

  1. Cerca de 15 resultados de búsqueda
  1. Anuncios
    relacionados con: Orleans wikipedia
  1. Hace 21 horas · This is a list of television media markets in the United States, with a total of 107,007,910 households. Network owned-and-operated stations and major PBS stations are highlighted in bold.

  2. Hace 21 horas · 19 Staffel 17. 20 Staffel 18. 21 Staffel 19. 22 Anmerkungen. 23 Siehe auch. 24 Weblinks. 25 Einzelnachweise. Diese Episodenliste enthält alle Episoden der US-amerikanischen Krimiserie Navy CIS, sortiert nach der US-amerikanischen Erstausstrahlung. Die Fernsehserie umfasst derzeit 19 Staffeln mit 426 Episoden.

    • Sports
    • Historique
    • Statut
    • Palmarès et résultats
    • Personnalités
    • Compétitions
    • Contexte historique
    • Conséquences
    • Évolution
    • Carrière professionnelle
    • Résumé
    • Polémique
    • Résultats
    • Événements
    • Symbolique

    LAmiens Sporting Club Football, abrégé en Amiens SC, est un club de football français fondé en 1901 et situé à Amiens.

    Le club est fondé sous le nom d'Amiens Athlétic Club. Il fusionne en 1961 avec Amiens Sports, anciennement Stade amiénois, et prend son nom actuel. Au cours de son histoire, l'Amiens SC a effectué l'essentiel de ses saisons aux deuxième et troisième niveaux du football français. Avant le début du professionnalisme en France en 1932, l'Amiens AC est l'un des meilleurs clubs français. Il remporte régulièrement le championnat de Picardie de l'USFSA entre 1903 et 1914, puis devient deux fois champion du Nord dans les années 1920, tout en obtenant de bons résultats en Coupe de France. Le club termine vice-champion de France en 1927, tandis que sept de ses joueurs sont sélectionnés en équipe de France. L'Amiens Athlétic Club reprend le cours normal de ses activités après la Première Guerre mondiale, avec le retour de quelques-uns de ses joueurs. De plus, sous l'impulsion de son président, le Dr Albert Moulonguet, le club ambitionne de devenir l'un des meilleurs clubs du Nord. Il commence par se faire construire un nouveau stade dans le quartier Henriville d'Amiens. Il est inauguré le 4 décembre 1921 et prend en 1931 le nom de stade Moulonguet1. L'ambition des dirigeants se concrétise au cours des années 1920, qui marquent les années glorieuses de l'Amiens AC, avec le recrutement de nombreux joueurs venus du Nord de la France et de Paris, venus renforcer une équipe alors sponsorisée par les entreprises locales de textiled 7. Ainsi, durant cette période, l'Amiens AC rivalise avec les meilleures équipes françaises, et plusieurs joueurs du club sont sélectionnés en équipe de France3. En avril 1919, le football se détache de l'USFSA, ce qui met fin au championnat de France USFSA. Le Comité français interfédéral, organisme lié à la FIFA et donc seul fédération française pouvant organiser des rencontres internationales, se transforme en Fédération française de football association (FFFA). Si le comité du Nord de l'USFSA se mu en Ligue du Nord rattaché à la FFFA, faute de compromis, aucune ligue n'est créée en Picardie. Pour la saison 1919-20, un challenge est mise en place dans les trois départements picards avec une finale que remporte l'Amiens AC. Avant le début de la saison suivante, les clubs de l'Aisne et de l'Oise se rassemblent autour des sociétés de Seine-et-Marne pour former la Ligue d'Île-de-France. Isolée, la Somme est rattachée à la Ligue du Nord, ou l'AAC débute directement en Promotion, le deuxième niveau régional. L'Amiens AC décroche trois ans plus tard en avril 1923 son accession au plus haut niveau du championnat, la prestigieuse Division d'Honneur A du Nordnote 5, et prend une nouvelle dimensiond 8,d 9,note 6. Rapidement, l'Amiens AC rivalise avec les grandes équipes nordistes de l'époque, que sont l'Olympique lillois, le RC Roubaix ou encore l'US Tourcoing, à tel point que dès 1924, le club devient champion du Nord, pour un point de plus que l'Olympique lillois4. Ces bonnes performances continuent les saisons suivantes. Ainsi, en 1925, l'Amiens AC termine vice-champion derrière le RC Roubaix, puis le club enlève de nouveau le titre de champion du Nord en 1927, loin devant ses adversaires4. Ce dernier succès permet au club de participer au championnat de France mis en place entre 1926 et 1929 par les dirigeants du football françaisnote 7 dans l'espoir de reformer un championnat national après la disparition du championnat USFSA en 1919. En tant que champion du Nord, l'Amiens AC participe au championnat de France 1927, disputé sous forme de poule avec une seule confrontation entre chaque équipe, terminant vice-champion de France derrière le CA Paris5. Certains de ses joueurs sont sélectionnés dans la sélection régionale des Lions des Flandres6. En parallèle des championnats régionaux, les clubs français participent à la seule compétition nationale, la Coupe de France, créée en 1917. Comme en Division d'Honneur du Nord, l'Amiens AC rivalise avec les meilleures équipes, accédant quatre fois aux quarts de finale, en 1925, 1928, 1931 et 1934, et une fois aux demi-finales, en 1930. Sans toutefois réussir à remporter la compétition, le club s'impose comme une équipe de premier plan au niveau national. Lors de la Coupe de France 1930, l'Amiens AC élimine successivement la JA de Saint-Ouen, le RC Arras, le RC Roubaix et l'UR Dunkerque-Malo avant de se retrouver contre le RC France en demi-finale7. Le 6 avril 1930, les deux équipes se retrouvent au stade olympique Yves-du-Manoir à Colombes pour disputer cette demi-finale, les deux équipes se séparant à la fin du temps règlementaire sur le score de un but partout7. Selon les règles en vigueur à l'époque, le match est donc à rejouer. Les deux formations se retrouvent alors deux semaines plus tard le 19 avril 1930, toujours à Colombes7. L'Amiens AC ouvre le score en première mi-temps grâce à Marcel Braun, puis Marcel Galey égalise pour le Racing en deuxième mi-temps7. Les Amiénois encaissent alors deux buts dans les dix dernières minutes, qui les privent de finale contre le FC Sètenote 8. L'Amiens AC s'incline donc trois buts à un, et dans le Miroir des Sports, le journaliste évoque « une défaillance subite des arrières amiénois »8. Peu après avoir renoncé au professionnalisme, les dirigeants de l'Amiens Athlétic Club prennent conscience que leur équipe ne figure plus parmi les plus prestigieuses de France. Le président, le Dr De Butler, précise à ce propos qu'il « s'emploiera pour que l'AAC reste parmi l'élite du football français »d 14. Il décide alors, avec les autres dirigeants du club, d'envoyer en juin 1933 à la FFFA leur demande officielle d'affiliation au professionnalisme, qui est acceptéed 15. Le club recrute alors une dizaine de joueurs pour sa première saison professionnelle, que les Amiénois débutent dans le championnat de Division 2 nouvellement crééd 15. Pendant quatre saisons, l'Amiens AC participe à ce championnat de Division 2, engageant des sommes d'argent de plus en plus importantes pour les transferts des joueurs, leurs salaires et la tenue des matchs. Ainsi, à l'orée de la saison 1935-1936, les dirigeants du club réunissent près de 140 000 francs dans l'espoir de monter en Division 1, mais l'équipe ne finit qu'à la cinquième place et ne gagne pas son accessiond 16. À force de dépenses conséquentes et de non-accession parmi l'élite des clubs français, l'Amiens AC accumule des dettes importantes, qui s'élèvent jusqu'à 200 000 francs pour la saison 1935-1936, obligeant le club à lancer un appel aux subventions à la mairie d'Amiens et aux commerçants de la villed 17. Malheureusement, les aides financières que le club reçoit ne permettent pas de combler intégralement le déficit, et le 15 juin 1937, l'Amiens AC est contraint de se retirer du groupement des clubs professionnels de la FFFAd 18. Alors que le club vient de terminer à la onzième place de la Division 2, celui-ci repart en Promotion d'Honneur du Nord, le deuxième niveau régionald 18. Le début de la Seconde Guerre mondiale en 1939 met fin au déroulement initial des différents championnats. La Fédération française de football met toutefois en place un championnat pour les clubs désirant poursuivre leurs activitésnote 10. Ainsi, en 1941, l'Amiens AC prend part à ce championnat dans la zone occupéenote 11, terminant bon dernier avec aucune victoire en seize matchs. Le club renouvelle l'expérience la saison suivante dans un championnat divisé cette fois en groupes Nord et Sud, et finit treizième sur seize équipes. En 1943, ce championnat est transformé par le gouvernement de Vichy, hostile au professionnalisme sportif, en championnat fédéral où les clubs sont remplacés par seize équipes représentant les régions françaises et où les joueurs sont rémunérés par le gouvernement. Cependant, la Picardie ne reçoit pas d'équipe, et les joueurs du club n'y prennent donc pas part. Les clubs français, remontés contre la Fédération qui n'a pas fait grand-chose pour empêcher ce championnat fédéral, fondent dès les premiers jours de la Libération le 27 octobre 1944 une Ligue, le groupement des clubs autorisés, dont le nom avait déjà été utilisé en 1932 lors de la création du championnat de France professionnel, qui se charge dès l'année suivante de réorganiser les championnats professionnels de Division 1 et de Division 2. Après avoir connu le professionnalisme à ses débuts en France, l'Amiens AC traverse une longue période d'amateurisme. Entre 1945 et 1970, l'équipe première évolue alternativement entre la Division Nationale du championnat de France amateur, la Division d'Honneur et la Division de Promotion d'Honneur, alors premier, deuxième et troisième niveaux du football français amateur. Après une saison en DH (1945-46), l'équipe première est reléguée en DPH, participant pendant huit saisons à ce championnat régional12. L'Amiens AC est promu à la fin de la saison 1953-1954 et accède à la Division d'Honneur. Dès leur première saison à ce niveau, les Amiénois terminent à la deuxième place du classement derrière la première du Lille OSC, mais seul le premier est promue en Division Nationale13. Après une quatrième place lors de la saison 1955-195614, l'équipe accède à la Division Nationale le 28 avril 1957 après trois saisons en Division d'Honneur, terminant la saison avec une seule défaite en vingt-deux matchs12,15. Entre 1957 et 1961, l'Amiens AC participe à ce championnat de Division Nationale, plus haut niveau amateur en France, dans le groupe Nord. Lors des trois premières saisons, les Amiénois réalisent de bonnes performances, terminant quatrième de leur groupe en 195816 et en 196017, mais surtout en terminant vainqueur du groupe Nord en 1959 le 3 mai après une victoire sur lArago Sports Orléanais, sous la direction de l'entraîneur Édouard Harduin12,18. L'Amiens AC se qualifie alors pour la phase finale du championnat de France amateur en compagnie des vainqueurs des quatre autres groupes régionaux, mais ne remporte pas la compétition. Par la suite, l'équipe ne réitère pas les bons résultats des trois saisons passées, et la saison 1960-1961, la dernière jouée sous le nom d'Amiens Athlétic Club, se clôture par une relégation en Division d'Honneur19. Le 21 septembre 1961, l'Amiens Athlétic Club fusionne avec le club omnisports d'Amiens Sports12. Amiens Sports, dont le stade se situe à côté de la prison d'Amiens route d'Alberth 3,note 12, est issu du Stade amiénois, fondé en 1909d 19. En mélangeant les noms des deux clubs, l'Amiens Athlétic Club est alors rebaptisé Sporting Club dAmiens, et poursuit son activité sur la base des résultats sportifs et des installations de l'Amiens AC. Sous leur nouveau maillot, les joueurs amiénois continuent de défendre leurs couleurs dans les divisions amateurs. En 1963, le SC Amiens remporte le championnat de Division d'Honneur et retourne en Division Nationale20. Le club participe ensuite pendant sept saisons au groupe Nord de la Division Nationale, avec les entraîneurs Émilien Méresse puis André Grillon. Les joueurs obtiennent de bons résultats, finissant troisième en 196521 et en 196722, et deuxième en 196623, mais sans parvenir à se qualifier pour la phase finale de la compétition. Pendant vingt-et-un ans, entre 1970 et 1991, le SC Amiens traverse une période d'instabilité sportive. En effet, le club oscille entre la Division 2 et la Division 3, connaissant six promotions et six relégations en seulement vingt-et-une saisons. Le club participe même à la Division 4 pendant deux saisons entre 1988 et 1990. L'entraîneur André Grillon, au poste de 1968 à 1977, réussit dans un premier temps à maintenir le club en Division 2, à l'exception d'un court passage en Division 3 lors de la saison 1973-1974. À cette occasion, l'équipe finit à la première place de son groupe pour ne s'incliner ensuite qu'en finale de la compétition face à la réserve du FC Nantes après deux défaites quatre buts à un et quatre buts à deux25. Quatre ans plus tard, à la suite d'une nouvelle relégation en Division 3, le SC Amiens survole son groupe26, puis perd une nouvelle fois en finale, cette fois aux tirs au but contre la réserve du FC Sochaux25. Lors de la saison 1978-1979, le club termine à la dernière place de son groupe de Division 2 et est une nouvelle fois relégué en Division 3. Il y reste pendant cinq saisons, finissant à chaque fois dans les premières équipes, mais il n'obtient pas son accession lors des quatre premières saisons, seule la première place du groupe le permettant. Finalement, la saison 1983-1984 est la bonne, le club terminant premier du groupe Nord devant l'US Maubeuge27. Le SC Amiens fait alors l'ascenseur entre la Division 2 et la Division 3 pendant quatre saisons, ne parvenant pas à se maintenir en Division 2 mais y remontant immédiatement. Le club, en proie à des problèmes financiers, dépose le bilan le 24 mai 1987 avec plus de sept millions de francs de dettes28. Le tribunal nomme alors Julien Burnay au poste de président pour assurer le redressement judiciaire du club, qui ne doit qu'à la mansuétude de la FFF de ne pas être rétrogradé administrativement dans les divisions régionales28,h 4. Dans cette atmosphère tendue et particulière, le SC Amiens est relégué en Division 3 pour la saison 1987-1988. Alors qu'il s'attend à jouer la montée, le club plonge sportivement en Division 4, finissant premier relégable à un point de l'ES Arques et du CA Lisieux29. En 1989, le SC Amiens change une nouvelle fois dappellation et devient lAmiens Sporting Club, nom sous lequel il est connu aujourd'hui. Pour sa deuxième saison en Division 4, le club parvient à obtenir son accession en Division 3 sous la direction de l'entraîneur Hugues Jullien, qui poursuit les bons résultats en Division 3, à tel point que l'Amiens SC termine premier de son groupe, validant ainsi son accession en Division 2 le 19 mai 199128, et remettant sportivement le club en place après les soucis financiers de la fin des années 1980. En 1991, l'Amiens Sporting Club retrouve sous la direction des présidents Pascal Pouillot et François Gossart la Division 2, et les chemins du professionnalisme, près de quarante ans après avoir abandonné ce statuth 5. LAmiens SC entre dans une nouvelle ère sportive, en se maintenant dans les divisions professionnelles du football français, et en développant ses infrastructures. En effet, en septembre 1996, le club crée son centre de formation, l'ASC Football Formation, destiné à former les jeunes joueurs en vue de les intégrer dans l'équipe première30. D'autre part, le stade Moulonguet, enceinte du club depuis 1921, étant devenu trop vieux et trop petit pour un club qui évolue en Division 2, le club et la ville d'Amiens décident à la fin des années 1990 de la construction d'un nouveau stade de plus de 12 000 places, le stade de la Licorne. Il est inauguré le 24 juillet 1999 avant que le club ne l'investisse à l'occasion de la saison 1999-2000. Alors que le club subit de nombreuses promotions et relégations dans les années 1970 et 1980, les années 1990 et 2000 sont marquées par une certaine stabilité sportive, le club disputant la Division 2 de 1991 à 2009, à l'exception des saisons 1993-1994 et 2000-2001 passées en National, le troisième niveau du football français. Cependant, à chaque fois, l'Amiens SC termine deuxième du championnat et remonte immédiatement en Division 2. Bien que les Amiénois parviennent à se maintenir à ce niveau, ils peinent à y jouer les premiers rôles, finissant régulièrement dans les équipes de milieu de tableau du championnat. C'est surtout en Coupe de France que le club s'illustre dans cette période. Ainsi, le 24 janvier 1999, en 32e de finale de l'édition 1998-1999, l'Amiens SC élimine à domicile l'AS Monaco et dépasse pour la première fois depuis 1979 ce stade de la compétition31. Le club atteint ensuite les 8e de finale, ce qu'il n'avait pas fait depuis 1943, et réédite cette performance lors de la Coupe de France 1999-200032. L'Amiens SC, avec à sa tête l'entraîneur Denis Troch, réalise ensuite un excellent parcours lors de l'édition 2000-2001. En tant que club de National, l'équipe commence au 5e tour de la compétitionnote 13, et élimine successivement Bresles, l'Olympique Saint-Quentin, l'US Nœux-les-Mines, l'AS Beauvais, l'ES Lambres, le Stade rennais, Le Mans UC et l'ES Troyes AC, pour se qualifier pour la première finale de Coupe de France de son histoire33. L'Amiens SC est alors l'un des trois seuls clubs de niveau inférieur à la deuxième division à avoir atteint la finale de la Coupe de France, après le Nîmes Olympique en 1996 et le Calais RUFC en 200034,note 14. Après avoir éliminé quatre équipes de niveau hiérarchique supérieur, l'Amiens SC se retrouve en finale le 26 mai 2001 contre un nouveau club de Division 1, le RC Strasbourg. Devant les 78 641 spectateurs du stade de France, les Amiénois tiennent tête aux Strasbourgeois, maintenant le match nul zéro à zéro jusqu'à la fin de la prolongation, obligeant les deux équipes à disputer une séance de tirs au but35,36. Chaque club inscrit ses trois premiers tirs au but, avant que le défenseur amiénois Jean-Paul Abalo voit son tir repoussé par le gardien strasbourgeois, l'international paraguayen José Luis Chilavert, qui se charge ensuite de terminer la séance, marquant le tir au but victorieux du cinq à quatre36. L'Amiens SC s'illustre aussi cette saison en Coupe de la Ligue, nouvelle compétition créée en 1994, en atteignant les quarts de finale, son meilleur parcours jusque-là, ne chutant que face au futur vainqueur de la compétition, l'Olympique lyonnais37. De retour en Ligue 2 pour la saison 2001-2002, l'Amiens SC termine à la douzième place, puis se maintient dans le milieu de tableau les saisons suivantes, seule la saison 2003-2004 étant marquée par un quart de finale de Coupe de France, perdu à domicile contre le Dijon FCO un but à zéro38. Au cours de la saison 2006-2007, l'Amiens SC, avec à sa tête l'entraîneur Ludovic Batelli, réalise sa meilleure saison à l'époque en terminant quatrième de Ligue 2, à un seul point de la troisième place synonyme de montée en Ligue 1. L'équipe se maintient toute la saison aux alentours de la cinquième place, et pointe ainsi à cinq journées de la fin du championnat à six points du troisième, le Stade Malherbe Caen39. Une lutte à distance s'engage alors entre les deux clubs. Cependant, malgré un parcours sans faute ponctué de cinq victoires, l'Amiens SC échoue aux pieds du podium avec soixante-neuf points, à seulement deux points des Caennais et un point du RC Strasbourg40. À la fin de la saison 2016-2017, l'Amiens SC accroche la deuxième place, grâce à un but de dernière seconde au Stade de Reims, score final 2-1 en faveur d'Amiens et accède pour la première fois de son histoire à la Ligue 1. Le 10 juillet 2017, la DNCG confirme la place du club dans la première division française50. Il s'agit alors de leur première saison en Ligue 1. Christophe Pélissier est confimé comme entraîneur et le principal objectif du club est le maintien en Ligue 151. Le club picard dispute alors son premier match en Ligue 1 sur la pelouse du Parc des Princes face au Paris Saint-Germain le 5 août 2017. À l'issue de la rencontre, les Amiénois s'inclinent 2 à 052. Au cours de la saison 2011-2012, l'Amiens SC crée un nouveau maillot pour fêter les 110 ans du club57. Ce maillot, bleu avec des manches rouges, est censé reprendre les couleurs historiques du club et est étrenné au cours du match contre le RC Lens comptant pour la 6e journée du championnat. Par la suite, l'équipe dispute plusieurs autres rencontres avec ce maillot lors de cette saison. Le club est fondé en octobre 1901 sous le nom d'Amiens Athlétic Club. Il s'affilie dans la foulée à l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques. L'Amiens AC absorbe rapidement deux clubs, d'abord le Racing Club amiénois en novembre 1907d 20, puis l'Étoile sportive d'Amiens en avril 192458. Ce dernier est fondé en 1912 sous le nom d'Étoile sportive du Faubourg Saint-Pierred 21, Saint-Pierre étant un quartier d'Amiens. Il s'affilie à la Fédération française de football association (FFFA) en novembre 1920 et reçoit le numéro 102859, avant de changer de nom en mars 192260. Cette fusion permet à l'Amiens AC de récupérer le terrain de l'Étoile pour y installer sa section de hockey sur gazond 22. Entretemps, l'Amiens AC s'affilie à la FFFA en juillet 1920 et reçoit le numéro 64761, puis le numéro 240 après le reformatage des numéros d'affiliation opéré en avril 194762. L'Amiens Athlétic Club fusionne ensuite en juillet 1961 avec Amiens Sports et prend le nom d'Amiens Sporting Club63,note 15. Amiens Sports était lui-même issu de la fusion opérée en avril 194764 entre le Stade amiénois, fondé en 1909d 19 et affilié à la FFFA en août 1920 sous un numéro encore indéterminé65,note 16 puis sous le numéro 278 à partir de 194762, et le Sporting Club de Saint-Leu, du nom du quartier Saint-Leu d'Amiens, fondé en 1921p 1,p 2, affilié à la FFFA en août 1921 sous le numéro 166766 puis sous le numéro 489 à partir de 194762.

    Tout d'abord réticent à l'adoption du professionnalisme, l'Amiens AC adopte ce statut en 1933 et prend part au premier championnat de France de deuxième division, sans parvenir à monter en première division par la suite. Le club abandonne le statut professionnel en 1952 et redevient amateur, participant jusqu'en 1970 au championnat de France amateur et à la Division d'Honneur du Nord. En 1970, le club retrouve la Division 2, puis oscille dans les années 1970 et 1980 entre la Division 2 et la Division 3. En 1991, le club retrouve le chemin du professionnalisme. À l'issue de la saison 2016-2017, le club monte pour la première fois de son histoire en Ligue 1, après avoir disputé trente-sept saisons en deuxième division.

    L'Amiens SC n'a remporté aucune compétition nationale au cours de son histoire. Son principal fait d'armes est une finale de Coupe de France en 2001 alors que le club évoluait en National, troisième niveau du football français, performance que seuls quatre clubs ont réussie alors qu'ils évoluaient à un niveau inférieur à la deuxième division.

    Le club est actuellement présidé par Bernard Joannin, et l'équipe première, entraînée par Luka Elsner depuis juin 2019, évolue en Ligue 1 lors de la saison 2019-2020.

    Le vainqueur de chaque championnat régional USFSA étant qualifié en fin de saison pour le Championnat de France USFSA, disputé sous forme de matchs à élimination directe, l'Amiens AC y participe presque chaque année. Le club accroche trois places de quart de finaliste en 1903, 1906 et 1910, et une place de demi-finaliste en 1905, battu cinq buts à un par le RC Roubaix2. Les bonnes performances sportives du club et la croissance du nombre de pratiquants et de l'intérêt des spectateurs pour le football poussent alors les dirigeants du club à faire construire dès 1909 son premier stade de football dans le parc de la rue Henri Daussy d'Amiens, et à créer ses propres compétitions, pour permettre à ses joueurs de disputer davantage de rencontres. Ainsi, en 1904, l'Amiens AC fonde la Coupe Jean Cotté, qui réunit pendant huit ans les meilleures équipes françaises et même internationales, des clubs anglais y prenant partd 4.

    À cette époque, le football est de plus en plus assimilé à un spectacle, et devient un enjeu économique important, les matchs générant des recettes conséquentes et augmentant l'activité du commerce locald 10. Cependant, le football étant un sport sous statut amateur, la loi empêche les clubs de rémunérer ses joueurs. Les dirigeants des clubs français doivent alors trouver des solutions pour faire venir les meilleurs joueurs dans leur équipe, et la plupart contournent la loi en pratiquant l'amateurisme marron, qui consiste à rémunérer indirectement les joueurs, en leur offrant par exemple la gestion d'un commerce ou un emploi dans une entreprise locale. Ainsi, dès 1925, l'Amiens AC entretient des liens étroits avec les entreprises locales en matière de sponsoring, comme la maison de confection Devred, qui emploie de nombreux joueursd 11. Un cas criant est celui de l'attaquant Paul Nicolas, futur sélectionneur de l'équipe de France, qui lors de son transfert en 1928 est annoncé hôtelier, puis cafetier, pour finalement se voir offrir la gestion d'une poissonneried 11.

    Ce phénomène, qui se généralise en France, est l'un des points qui pose la question du passage des joueurs et des clubs français au statut professionnel. Finalement, à la suite de nombreuses discussions, le Conseil national de la FFFA vote le 17 janvier 1931 le principe de l'instauration du professionnalisme, et définit en janvier 1932 sa réglementation, dont la création d'un championnat de France professionneld 12. La FFFA est seule à pouvoir donner l'autorisation aux clubs le passage au professionnalisme, et donc la possibilité de participer au premier championnat de France de l'histoire du football français, à laquelle peut légitimement prétendre l'Amiens AC, étant l'un des clubs français de premier pland 12. Cependant, le 10 juin 1931, une commission constituée de dirigeants et de mécènes du club se prononce avec un avis défavorable sur le professionnalisme : « l'Amiens AC ne veut pas devenir un club professionnel ni à tendances professionnelles. L'AAC est un club omnisports et il restera dans toutes ses sections sous le régime de l'amateurisme »h 2. Finalement, le club revient sur sa décision et dépose une demande d'autorisation à utiliser des joueurs professionnels, qui est acceptée le 4 avril 1932. Alors que l'Amiens AC fait partie en juin des vingt-et-un clubs du groupement des clubs autorisés (GCA), des tensions entre le GCA et la Ligue du Nord poussent le club à démissionner le 27 juin et à renoncer au professionnalisme9,note 9. Cette décision voit l'exode inévitable des meilleurs joueurs du club vers ceux passés professionnelsd 13. Le club continue alors d'évoluer dans un championnat du Nord sans saveur, privé de ses meilleurs clubs passés professionnels, comme l'Olympique lillois et l'Excelsior AC Roubaixd 13. L'Amiens AC, qui manque son rendez-vous avec l'histoire du football français, connaît alors une saison 1932-1933 assez terne, le club n'arrivant pas à offrir à son public les bons résultats des années précédentesd 13.

    En 1970, sous l'impulsion du président de la Fédération française de football Fernand Sastre et de son vice-président Henri Patrelle, une réforme des compétitions est engagée pour casser la barrière existant entre le football professionnel et le football amateur. Le CFA est remplacé par une Division 3 et un système de promotion et de relégation est mis en place entre cette Division 3 et le National, nouvelle compétition instauré par la Fédération. Le 30 mai 1970, le conseil fédéral de la FFF donne la liste des clubs qualifiés dans ce nouveau championnat, parmi lesquels figure le SC Amiens, grâce notamment à son passé prestigieux, alors que le club vient de finir à la septième place de son groupe24.

    Pour son retour en National, l'Amiens SC renouvelle une grande partie de son effectif, mais ne parvient pas à remonter en Ligue 2. À la fin de la saison 2009-2010, le club fait le ménage en ne conservant que trois joueurs professionnels. L'Amiens SC construit alors une nouvelle équipe dans le but de remonter en Ligue 2, sous peine de voir le club perdre son statut professionnel. En effet, le National étant un championnat amateur, les clubs professionnels en provenance de la Ligue 2 ne sont autorisés à garder leur statut professionnel que deux ans au maximum. Malgré cette pression, les résultats sont concluants, le club se situant en troisième position à la moitié du championnat46. Finalement, le 13 mai 2011, l'Amiens SC décroche son accession en Ligue 2, à la suite d'une victoire deux buts à un face à l'En Avant de Guingamp, sauvegardant ainsi le statut professionnel du club47. Le retour en Ligue 2 est cependant difficile pour les Amiénois, qui finissent dernier du championnat et retournent immédiatement en National à la fin de la saison 2011-2012, avec une nouvelle fois l'obligation de monter en Ligue 2 en deux saisons au plus pour conserver le statut professionnel du club. Cette fois, l'Amiens SC n'y parvient pas, ne finissant que neuvième du National lors de la saison 2012-2013 puis sixième la saison suivante, entraînant la chute de la section professionnelle du club48. À la fin de la saison 2013-2014, le club amiénois demande une dérogation pour conserver son statut professionnel une année supplémentaire. La LFP accepte mais la FFF refuse49. L'Amiens SC perd donc son statut professionnel et continue en National avec un statut amateur. La saison suivante, les Amiénois manquent une nouvelle fois la montée, ne terminant qu'au milieu du classement, puis parviennent à terminer troisième lors de la saison 2015-2016, place synonyme de promotion, après une seconde partie de saison marquée par treize matchs de suite sans défaite. Le club retrouve alors un statut professionnel deux ans après l'avoir perdu.

    Lors de la 4e journée, les picards gagnent leur toute première victoire dans l'élite, 3-0 à domicile face à l'OGC Nice, puis enchaînent sur leur première victoire à l'extérieur au Stade de la Meinau, 0-1 face au promu strasbourgeois.

    Le 9 novembre, la LFP décide de classer le dossier sur les incidents survenus durant Amiens-Lille, malgré la vétusté du stade pointée du doigt par les médias. La LFP ordonne toutefois que le match soit rejoué, le 20 novembre (victoire 3-0 d'Amiens).

    À l'issue de la victoire à domicile 2-1 sur Dijon lors de la 15e journée, les picards se classent 9e du championnat, meilleure performance de la saison. Ils terminent 13e à la trêve hivernale.

    Lors de la 36e journée de Ligue 1, l'Amiens SC décroche le nul à domicile contre le PSG (2-2), qui confirme le maintien du club en Ligue 1 pour la saison 2018-2019.

    Le logo actuel de l'Amiens SC adopte la forme d'un blason et reprend les couleurs et les symboles du club. Le sigle de l'Amiens SC, ASC, est inscrit en bleu et en gris clair au centre du blason, sur un fond blanc et gris foncé. Autour de cette inscription sont écrits Amiens Football en noir et la date de fondation, 1901, sur un ruban jaune. Deux licornes et deux branchages en gris clair complètent le logo. Ce logo s'inspire des armoiries complètes de la ville d'Amiens, qui représentent deux licornes cabrées entourant le blason de la ville67.

  3. 24/01/2022 · Boomtown New Orleans (formerly Boomtown Westbank) is a hotel and casino located on the West Bank of Jefferson Parish in Harvey, Louisiana. It is on a 54-acre (220,000 m 2 ) site. It is owned by Gaming and Leisure Properties and operated by Penn National Gaming.

  1. Anuncios
    relacionados con: Orleans wikipedia